Sénégal: [Focus] Ovules détoxifiants - La fourberie du siècle

10 Juin 2021

Les ovules détoxifiants sont des perles devant être introduites dans l'appareil génital féminin en vue de le nettoyer ou encore de le remettre en état. Ces produits sont d'une dangerosité extrême pouvant aller jusqu'à la dégradation de la flore vaginale.

En matière de sexualité féminine, moult créations ont vu le jour, selon les générations. Avec l'avènement des réseaux sociaux qui ont libéralisé le secteur de la vente, des produits passent sous la vigilance des spécialistes de la santé. De plus en plus, ils sont prisés par les femmes convaincues sur... Facebook.

Comprenant le souci de chaque femme de préserver son hygiène intime, les acteurs de la vente s'orientent vers la satisfaction de cette préoccupation bien que malhonnête.

Dernièrement, une invention entretient un mythe basé sur un mensonge frisant le danger, selon les spécialistes : il s'agit des ovules détoxifiants ou ovules détox. Loin d'être les ovules naturels de la reproduction, ils sont l'œuvre d'une création humaine.

Ce sont des billes ou des perles, sous forme d'ovules que les vendeuses 2.0 suggèrent aux femmes en vue de nettoyer l'intérieur du vagin.

Les prix varient de 15 000 à 35 000 FCFA. Ces perles sont la solution magique comme par enchantement de tout problème gynécologique des femmes. Ils sont réputés d'être aussi bien nettoyants que thérapeutiques sans occulter l'aspect augmentation de la libido.

En bref, ces ovules sont la combinaison parfaite de l'idéal hygiénique de l'intimité des femmes. Ils ont rapidement trouvé leur place et s'arrachent comme les petites perles d'un collier diamant.

Ce phénomène est né dans la sous-région avant de s'épandre religieusement au Sénégal, depuis quelque temps.

Guérir tous les maux ou presque...

« Tel un aimant naturel, l'ovule va attirer les toxines, les mauvaises bactéries, les cellules mortes, le mauvais sang, le mucus... », peut-on lire dans la composition d'un de ces sachets. Le principe est d'introduire ces billes dans la partie génitale en vue de les laisser agir dans le corps. L'ovule sera retiré 3 jours après.

Un écoulement d'une pâte blanchâtre s'effectue tout au long de la présence de ce corps étranger dans le vagin. Cette pâte est, selon les vendeuses, l'accumulation de la toxine du bas ventre. Faux, répond Dr Abdoulaye Diop, gynécologue. Ceci est plutôt une réaction immunitaire causée par cette présence gênante. « Les globules blancs s'accumulent et créent cette pâte, il ne s'agit nullement de toxine ou quoi que les vendeuses veulent faire croire », affirme le spécialiste sur cette problématique de santé publique vouant à nue les efforts médicaux.

La cible est souvent grande car les indications, telles qu'énumérées, concernent les soucis médicaux de la plupart des femmes. Les ovules sont conseillés en cas de pertes blanches abondantes, de problèmes ovariens, de règles douloureuses, d'infection urinaire, de saignements utérins et par ricochet d'infertilité ou de stérilité. Cette énumération n'est même pas représentative de la liste de la charte de nettoyage définie pour son utilisation.

« J'avais des pertes blanches qui me démangeaient l'intimité. Je suis tombée sur un post vantant ces ovules, je n'ai pas hésité à m'en procurer », explique Rachelle, mariée et mère d'une petite fille. Cette utilisation lui a valu de plus fortes démangeaisons et un mal être indescriptible.

Composition douteuse, risque de cancer

Elle ne tarde pas à attirer l'attention de la vendeuse qui la rassure et lui assurant une pleine guérison si elle suit ce traitement. « J'ai pris sur moi et j'ai arrêté au bout de deux ovules. Je ne supportais plus mon état », explique-t-elle, sans occulter son marathon vers un gynécologue pour ne pas aggraver son cas.

A côté de Rachelle, Binetou aussi s'est procurée ces perles dans le seul but de raffermir son appareil génital qu'elle trouve peu convenable à son partenaire. Elle a fait appel aux « docteurs Facebook », une promotrice des ovules s'est présentée à elle. Binetou a dû acheter un pack de 35 000 FCFA. L'échec du traitement s'est soldé d'une infection et d'un rétrécissement de son intimité.

Le gynécologue Abdoulaye Diop alerte sur ces produits dangereux et cancérigènes dans le long terme. Un effet, il risque d'être une évidence vu la posologie recommandée par les pourvoyeurs de ces « ovules » : 6 à 9 ovules pour un « résultat efficace ».

Publicité mensongère

Le spécialiste gynécologique est ferme sur cette question. « Le vagin n'a pas besoin d'être nettoyé, il se nettoie tout seul », corrige-t-il, rappelant que « le vagin n'est pas une cuisine ».

Si la posologie est très détaillée, la composition organique de ces perles n'est pas clairement définie : «Des astuces ancestrales, des méthodes de grand-mère ou encore des herbes naturelles sont les termes utilisés pour décrire les ingrédients». La publicité mensongère autour ce produit pousse bien des femmes à en avoir recours.

En effet, il faut utiliser 3 perles pour s'assurer un nettoyage. Toute la campagne de propagande se base sur les «retours de clientes satisfaites». Les vendeuses publient des messages de femmes se disant guéries avec ces ovules en vue d'alimenter leur supercherie.

« C'est un problème de santé publique », interpelle Nabinetou Kanté, qui en appelle à la responsabilité des autorités de la santé du Sénégal.

A La Une: Sénégal

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X