Maroc: De et vers le Maroc - Les détails à saisir

Au cœur de l'optimisme, les interrogations demeurent. L'annonce de la réouverture des frontières nationales a suscité certes de l'espoir, mais aussi plus de questions que de réponses.

Assez en tout cas pour déclencher la sortie médiatique de la directrice de la diplomatie publique au sein du ministère des Affaires étrangères, Najlae Benmbarek. Dans un entretien accordé à 2M, chaîne télé où elle a été par le passé journaliste au magazine «Grand Angle», Najlae Benmbarek a ratissé large. Du cas des étudiants jusqu'à la répartition des pays sur les listes A et B, en passant par les conditions de sortie du territoire ou encore les déplacements professionnels. Dans ce nouveau monde qui ressemble un peu à celui d'avant, mais pas tant que ça finalement, les citoyennes et citoyens ne savent plus sur quel pied danser.

A commencer par les listes A et B. Si la directrice de la diplomatie publique affirme que, contrairement à la liste A, les mesures d'allègement ne concernent pas la liste B, il n'en reste pas moins que "toute l'opération est dans une situation évolutive. Le ministère de la Santé et le comité scientifique procéderont à l'actualisation de la liste B toutes les deux semaines", a-t-elle précisé, tout en rassurant ceux et celles qui craignent le monopole d'une compagnie aérienne dans cette opération : «Toutes les compagnies seront autorisées».

Mais l'allègement récent des mesures sanitaires n'est pas aussi juste qu'il n'y paraît. Et pour cause, les Marocains non vaccinés ne peuvent pas quitter le territoire. Par contre, "quand on est vacciné, on peut quitter le territoire sans problème, vers les pays de la liste

A, tout en respectant leurs conditions d'entrée (...) En revanche, si on ne peut pas venir d'un pays de la liste B, on ne peut pas y voyager non plus" a clarifié Najlae Benmbarek. Un traitement injuste, donc, mais somme toute logique. Dans l'autre sens, tout le monde a le droit de fouler le sol national du moment qu'il provient d'un pays inscrit sur la liste A. Qu'ils soient touristes étrangers, ressortissants marocains, étrangers établis au Maroc, citoyens des pays étrangers de la liste A, ou étrangers y résidant. Les conditions s'appliqueront de la même manière. Il suffit donc d'être en possession d'un Pass sanitaire ou tout simplement d'un test PCR négatif de moins de 48 heures. Néanmoins, dans certains pays européens, les personnes ayant reçu une dose d'un vaccin anti-Covid sont majoritaires. En clair, leur schéma vaccinal est incomplet. Sont-elles pour autant interdites d'accès au territoire national ? La réponse est affirmative. "Les autorités marocaines considèrent que le passeport vaccinal est valide au bout de 4 semaines d'administration de la 2e dose du vaccin.

Pour une seule dose, je pense que cette procédure ne sera pas reconnue", acte la directrice de la diplomatie publique. Quid des citoyens marocains vaccinés résidant dans un pays de la liste B ? "L'autorisation préalable est nécessaire. Elle est délivrée par nos ambassades et consulats", révèle Mme Benmbarek.

Cela dit, ce sera un véritable chemin de croix. En cause, l'absence de vols directs à partir des pays de la liste B en direction du Maroc. Mais pas que "Pour venir au Maroc, il faudra passer par un pays tiers, et avoir l'autorisation préalable pour motif impérieux. Une quarantaine d'une dizaine de jours est exigée dans une structure non hospitalière. La liste de ces structures sera révélée par les autorités marocaines», a indiqué la cheffe de la diplomatie publique marocaine. Une quarantaine qui, encore faut-il le rappeler, sera au frais du voyageur.

Alors que le ministère des Affaires étrangères promet de centraliser les questions des citoyennes et citoyen afin d'éclairer les zones d'ombres qui subsistent encore dans les esprits, les étudiants amenés à poursuivre leurs études à l'étranger peuvent se rassurer et pousser un grand ouf de soulagement. "Ils peuvent voyager, même s'ils ne sont pas vaccinés. Ils ont juste besoin de justifier cela auprès des autorités locales. Les études constituent un motif impérieux. Les parents pourront les accompagner s'ils sont vaccinés", a indiqué Najlae Benmbarek.

En attendant un guide qui sera publié incessamment sur le site du ministère, avant d'être partagé sur les réseaux sociaux, rappelons qu'en début de semaine, le gouvernement marocain a décidé de rouvrir de manière «progressive» ses frontières aériennes. Une lueur au bout d'un long tunnel pour les touristes mais aussi et surtout pour les Marocains résidant à l'étranger dont certains n'ont plus revu leurs familles, ni mis les pieds sur le sol national depuis plusieurs mois. Même si les prix exorbitants des billets d'avions, ainsi que des traversées maritimes sont des obstacles difficilement surmontables.

Tendance à la stagnation des cas d'infection à la Covid-19

Les cas d'infection à la Covid-19 ont tendance à stagner durant les deux dernières semaines en dépit d'une légère hausse des contaminations, a indiqué mardi à Rabat le chef de la division des maladies transmissibles à la direction de l'épidémiologie et de lutte contre les maladies, Abdelkrim Meziane Bellefquih. Présentant le bilan bimensuel de la situation épidémiologique dans le Royaume, le responsable a expliqué que cette légère hausse intervient après l'allègement des mesures sanitaires mises en place après l'Aïd Al Fitr. En outre, le nombre des cas positifs a légèrement augmenté sur deux semaines en passant de 2,46% à 3,87%, a-t-il relevé, ajoutant que cette tendance à la hausse a principalement concerné la région de Casablanca-Settat (8,29%).

Il y a eu également une hausse des cas actifs de 2.595 à 3.072 cas (+15%). Selon lui, une baisse de 11,8% des cas critiques ou sévères admis aux unités de soins intensifs a été observée, passant ainsi de 208 cas à 186 cas, alors que les cas sous intubation restent entre 6 et 8 cas durant la même période. La courbe des décès enregistrés a connu une stagnation entre 50 et 56 cas. Le responsable n'a pas manqué d'appeler à continuer de faire preuve de vigilance même après l'allègement des mesures sanitaires, ainsi qu'au respect des mesures de prévention afin de préserver les acquis en la matière.

Par ailleurs, il s'est félicité du bon déroulement de la campagne de vaccination anti-Covid qui en est à sa 19ème semaine, précisant que plus de 9 millions de personnes ont reçu la première dose du vaccin et plus de 6 millions de personnes ont été complètement vaccinées.

A La Une: Maroc

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X