Burkina Faso: Les Évêques - "Nous présentons nos condoléances aux victimes du massacre de Solhan"

Ouagadougou — " Comme on le sait, notre pays le Burkina Faso a connu une fois de plus une attaque meurtrière, à Solhan, dans le Yaga, dans le Sahel. Au nom de notre Église Famille de Dieu, nous présentons nos sincères condoléances à Mgr Dabiré, au diocèse de Dori, aux familles endeuillées et nous confions à la miséricorde de Dieu les victimes de Solhan et toutes les victimes d'attaques terroristes ; victimes civiles et militaires, dans notre pays, ainsi qu'au Niger", a déclaré Son Eminence le Cardinal Philippe Ouedraogo, Archevêque de Ouagadougou, à l'ouverture de la deuxième Assemblée plénière de la Conférence épiscopale du Burkina Faso et du Niger.

"La piété chrétienne nous pousse à nous incliner devant la mémoire de toutes les personnes tombées sous les balles assassines des terroristes dans nos deux pays, le Burkina Faso et le Niger, depuis notre Assemblée plénière de février 2021 jusqu'aux jours où la barbarie s'est encore manifestée par le massacre de Solhan, dans la paroisse de Seba, diocèse de Dori : plus de 150 morts, dont quatre membres de la CCB [communauté de base chrétienne] de Solhan."

Dans la nuit du 4 au 5 juin, au moins 150 personnes ont été massacrées dans le village de Solhan, dans le nord-est du Burkina Faso (voir Fides 7/6/2021) par un groupe armé qui n'a pas encore été identifié. Pour l'instant, personne n'a revendiqué ce massacre, le pire depuis 2015. Au contraire, le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (Jnim), considéré comme la "branche" d'Al-Qaïda au Mali et au Sahel, a pris ses distances, qualifiant le massacre d'"acte haineux qui ne fait pas partie de la méthodologie des musulmans et du djihad."

Après l'Angélus du dimanche 6 juin, le Pape François avait exprimé ses condoléances pour le massacre : " Je désire assurer de mes prières les victimes du massacre perpétré dans la nuit de vendredi à samedi dans une petite ville du Burkina Faso. Je suis proche de leurs familles et de tout le peuple burkinabé, qui souffre énormément de ces attaques répétées. L'Afrique a besoin de paix et non de violence".

"Nous remercions le Saint-Père, notre Pape, pour la sollicitude et la compassion dont il a fait preuve lors de l'Angélus de dimanche dernier à l'égard de notre pays et des victimes et nous demandons au Nonce apostolique de transmettre notre gratitude", a déclaré le Cardinal Ouedraogo.

Le gouvernement du Burkina Faso a déclaré qu'à la suite de l'attaque de Solhan, 7 644 personnes ont dû être déplacées. Parmi eux, 5 415 sont des enfants pour un total d'environ 1052 familles .

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Agenzia Fides

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X