Burkina Faso: Christophe Dabiré ouvre la 1ere session du Conseil d'orientation et du suivi du mécanisme national de réponses aux risques sécuritaires

Le premier ministre, Christophe Dabiré a ouvert ce jeudi à Ouagadougou, la première session du Conseil d'orientation et du suivi du mécanisme national d'alerte précoce et de réponses aux risques sécuritaires. Ii s'est agi d'examiner le bilan des activités de l'année 2020 et d'adopter celles programmées ou en cours d'exécution pour l'année 2021.

Institué au Burkina Faso en juillet 2016, le mécanisme national d'alerte précoce et de réponses aux risques sécuritaires est une initiative prise par les Chefs d'Etat de la CEDEAO lors de sa 45eme session ordinaire tenue le 14 juillet 2014 à Accra (Ghana).

Ce dispositif de prévention vise à mettre à la disposition des Etats membres de CEDEAO, des rapports et des tendances relatives à la sécurité humaine ainsi que des options de réponses. Il a pour mission essentielle de recueillir, d'analyser et de traiter les informations sur la sécurité humaine notamment sur la gouvernance et les droits humains, les crimes et la criminalité, la sécurité, l'environnement et la santé.

Il permettra aussi d'alerter sur les menaces potentielles et les facteurs de risque sur la sécurité humaine et de proposer au gouvernement des réponses adaptées aux menaces et aux facteurs de risques identifiés.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X