Tunisie: Affaire Sidi Hassine-Sijoumi - Le bureau de l'ARP demande l'ouverture d'une enquête

10 Juin 2021

Le bureau de l'Assemblée des représentants du peuple a demandé l'ouverture d'une enquête sur les violences policières exercées sur un jeune du quartier Sidi Hassine-Sijoumi et le jugement de tous ceux qui s'avéreront impliqués dans cet « odieux » incident.

Il appelle également les autorités publiques, dans un communiqué publié jeudi, à assurer une protection physique et judiciaire ainsi qu'un soutien médical et psychologique au jeune agressé par la police.

Il dénonce les images « choquantes et étrangères à la culture tunisienne » relayées depuis mercredi soir sur les réseaux sociaux, où l'ont voit des policiers traiter violemment un jeune maintenu au sol et totalement nu, « des pratiques contraires aux valeurs d'une police républicaine ».

Plusieurs députés ont dénoncé, jeudi, l'agression policière sur le jeune habitant de Sidi Hassine Sijoumi, qui apparaît nu dans une vidéo publiée la veille sur les réseaux sociaux.

À l'ouverture d'une séance d'audition de l'Instance d'accès à l'information, ils ont qualifié de « choquant » et « nuisible à l'image de la Tunisie », le contenu de la vidéo, comparé aux exactions de la prison d'Abou Gharib en Irak.

Ils ont souligné que cet incident compromet les efforts de l'institution sécuritaire dans la lutte contre le terrorisme et la protection de la patrie, et appelé le chef du gouvernement, qui assure l'intérim à la tête du ministère de l'Intérieur, à présenter des excuses aux Tunisiens, et le directeur général de la sécurité nationale à ouvrir une enquête pour déterminer les responsabilités de chacun.

Ils ont également considéré que « dépouiller un jeune de ses vêtements et l'agresser violemment, dans la rue, est un crime qui ne doit pas être toléré et qui tombe sous le coup de l'article 101 bis du code pénal », appelant le procureur de la République de Tunis 2 à diligenter une enquête sur cette affaire.

Le bureau de l'ARP doit fixer une date pour la tenue d'une plénière consacrée à l'audition du ministre de l'Intérieur par intérim à ce sujet.

Le ministère de l'Intérieur a indiqué dans un communiqué publié mercredi que des groupes de jeunes à Sidi Hassine-Sijoumi ont agressé des policiers, regrettant « les actes de vandalisme ciblant biens publics et privés et perturbant la quiétude des habitants ».

Il a appelé les habitants à coopérer avec les unités sécuritaires pour leur permettre d'accomplir leur mission et d'assurer la sécurité des citoyens et des biens, et insistant sur « la nécessité de ne pas céder aux rumeurs publiées sur les réseaux sociaux ».

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X