Congo-Kinshasa: Santé - Echange entre le ministre de tutelle et les diplomates

Le Ministre de la Santé publique, Hygiène et Prévention, Dr Jean-Jacques Mbungani Mbanda, a reçu tour à tour, le 9 juin, en son cabinet de travail, le Dr Réginald Moreels, ancien ministre belge de la Coopération internationale, Mme Stéphanie Seydoux, ambassadrice pour la santé mondiale ainsi que de l'ambassadeur d'Egypte en à Kinshasa, Hamdy Shaaabar.

Avec ces trois diplomates, les échanges ont tourné autour des besoins sanitaires de la RDC, notamment la pandémie de covid-19, l'assistance humanitaire aux populations victimes de l'éruption volcanique à Goma, l'accès à la couverture santé universelle.

Le Dr Réginald Moreels, ancien ministre belge de la Coopération internationale, a été le premier hôte à être reçu par le ministre de la Santé publique, Hygiène et Prévention.

Au cours de leur entretien, ils ont parlé de la situation de covid-19 et de la construction d'un centre d'excellence et de formation chirurgicale et obstétricale à Beni.

Le Dr Réginald Moreels a fait savoir que ce projet est en cours d'exécution, et il y a la nécessite d'organiser une formation des personnels locaux, qui vont se spécialiser en chirurgie obstétricale et non obstétricale. «L'idée est aussi d'associer une petite unité commerciale dans le domaine médical. Peut-être une pharmacie commerciale ou une unité de production d'oxygène », a révélé l'ancien ministre belge de la Coopération internationale.

Juste après cette audience, le Dr. Mbungani a reçu Mme Stéphanie Seydoux, ambassadrice pour la santé mondiale, qui est venue exprimer la solidarité de la France au peuple congolais touché par les conséquences graves de l'éruption volcanique de Nyiragongo.

Elle a souligné que la France apporte un soutien humanitaire d'urgence aux sinistrés de la région de Goma et compatit avec les victimes de cette catastrophe naturelle. Par ailleurs, le diplomate français a également évoqué le bon climat de coopération qui règne entre Paris et Kinshasa depuis de nombreuses années dans le secteur de la Santé. « Nous avons encore manifesté notre soutien pour renforcer la capacité de la RDC dans le cadre de la lutte contre l'épidémie d'Ebola. Nous avons évoqué ensemble des pistes à renforcer en matière des surveillances épidémiologiques, notamment avec Ebola, la covid-19... », a indiqué Stéphanie Seydoux.

Le ministre de la Santé et Mme Stéphanie Seydoux ont discuté sur la nécessité de relancer la campagne de vaccination qui est très importante à cette période où le pays traverse déjà la 3e vague de la pandémie. L'accès de la population de la RDC à la couverture santé universelle, c'est-à-dire aux soins primaires de qualité, a été aussi largement décortiqué lors de cet entretien.

Il faut noter qu'avec l'appui de la feuille de route présidentielle pour la santé signée entre le chef de l'Etat congolais , Félix Antoine Tshisekedi et son homologue français Emmanuel Macron en novembre 2019, la France s'était engagée d'apporter soixante-quatorze millions d'Euros à la RDC.

Cette enveloppe est destinée au soutien aux projets de renforcement des laboratoires, de programme de santé maternelle et infantile ainsi que beaucoup d'autres assistances techniques pour accompagner le gouvernement congolais dans la restructuration de son système sanitaire.

En dernier lieu, le ministre de la Santé publique a conféré avec l'ambassadeur égyptien, Hamdy Shaabar, venu lui présenter ses civilités. Au cours de leur entretien, Hamdy Shaabar a réaffirmé l'engagement du pays de Pharaon d'accompagner la RDC dans le domaine de la santé. «Je suis venu féliciter le nouveau ministre de la Santé publique, Hygiène et Prévention pour sa nomination et surtout voir de quelle manière nous allons ensemble intensifier nos relations bilatérales », a fait savoir le diplomate égyptien.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X