Madagascar: Politique de l'Etat - Pour une meilleure cohérence dans la réalisation des vélirano

Dans son intervention hebdomadaire sur la radio Antsiva hier, le guide national du parti libéral ADN, Edgard Razafindravahy a parlé de Velirano du président de la République.

Il faut savoir distinguer le bon grain de l'ivraie. C'est ainsi qu'Edgard Razafindravahy résume la situation politique où les paroles du président de la République sont souvent déviées par certaines autorités. Le guide national du parti libéral ADN est intervenu comme chaque semaine sur la radio Antsiva hier. Il a expliqué que les élus et les ministres sous la couleur du Président de la République actuel, devraient suivre les directives de celui ci et ne pas embrouiller la population. Cette dernière, à force de messages contradictoires ne sait plus à quel saint se vouer.

Entre ce que dit le président et ce que font certains de ses collaborateurs, il y a souvent un grand écart. « Je n'en veux pour preuve que cette histoire de vaccin. Le président de la République avait bien souligné qu'il s'agit d'une vaccination ciblée et facultative. A l'arrivée on se retrouve dans une vaccination de masse avec forte mobilisation de la population. C'est comme si on désavouait le Président » fait remarquer le fondateur de l'ADN. Ce qui se passe au Sénat actuellement illustre également ce constat. Ne faudrait-il pas tout simplement exécuter le velirano du président concernant la lutte contre la corruption ? Les sénateurs n'ont pas à tourner autour du pot.

Débats inutiles

« Tous les projets de loi, les propositions de loi examinés et adoptés au niveau du Parlement doivent s'ajuster aux termes du velirano ceci afin que le plan de développement envisagé puisse s'exécuter. A la rigueur, les débats ne sont plus nécessaires » recommande Edgard Razafindravahy.

Les autorités désignées devraient s'aligner sur la ligne de conduite adoptée par l'Etat. « Ceux qui ne sont pas d'accord avec la voie choisie par l'État doivent avoir l'honnêteté et la correction de démissionner. C'est l'éthique appropriée dans une République» tranche l'ancien PDS de Tana qui ne fait pas dans la demi mesure. Dorénavant, on ne doit plus laisser les politiciens juger les chefs d'État à travers les palabres improductives et déstabilisantes, selon toujours celui-ci, les présidents doivent être jugés sur la réalisation des engagements pris devant la population.

Dans la refondation, seule la population de la base doit détenir ce pouvoir de jugement et d'appréciation.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X