Tunisie: Première réunion du Conseil d'association tuniso-britannique - Pour une relation bilatérale post-Brexit plus solide

11 Juin 2021

Cette première réunion a été l'occasion pour discuter des moyens de raffermir la coopération entre les deux pays dans divers domaines dont notamment l'éducation, l'environnement, la recherche scientifique et l'employabilité des jeunes

Le ministre d'Etat britannique pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, James Cleverly, a qualifié de positive la première réunion du conseil d'association tuniso-britannique qui s'est tenue au siège du ministère des Affaires étrangères à Tunis lundi 7 juin en présence notamment du secrétaire d'Etat Mohamd Ali Nafti et de l'ambassadeur britannique à Tunis, Edward Oakden. Le renforcement de la coopération entre les deux pays dans les domaines du commerce, de la sécurité, de l'éducation, de l'environnement et des droits de l'homme était au centre de cette première rencontre, a rapporté dans un tweet le responsable au Foreign and Commonwealth Office britannique.

Les deux parties ont mis en exergue l'importance de l'entrée en vigueur de l'accord de partenariat conclu en octobre 2019 entre la Tunisie et le Royaume-Uni, régissant notamment leurs relations après le retrait des Britanniques de l'Union européenne, familièrement désigné sous le nom de « Brexit ». Dans cet ordre d'idées, la partie tunisienne a mis en valeur les mesures prises par le Royaume-Uni inhérentes à l'exportation de l'huile d'olive tunisienne (plus de 7.000 tonnes chaque année exemptées de droits de douane).

Cette réunion a été l'occasion pour discuter des moyens de raffermir la coopération entre les deux pays dans divers domaines dont notamment l'éducation, l'environnement, la recherche scientifique et l'employabilité des jeunes. Il a été convenu de redoubler les efforts visant à appuyer le projet de l'école de la deuxième chance vu son importance dans la lutte contre le phénomène du décrochage scolaire précoce.

Les deux parties ont également convenu de continuer à travailler de concert pour faciliter les procédures de délivrance de visas notamment pour les étudiants et hommes d'affaires.

Dans sa déclaration au journal La Presse, le secrétaire d'Etat s'est dit très heureux et honoré d'entamer avec le ministre d'Etat James Cleverly une nouvelle ère dans les relations séculaires tuniso-britanniques, des relations qui remontent au 17e siècle. «Outre les questions se rapportant aux échanges commerciaux et économiques, le partenariat tuniso-britannique portera essentiellement sur le savoir dans toutes ses dimensions scolaire, universitaire, technologique, digitale et la recherche scientifique» a-t-il ajouté. «Nous formons l'espoir que les touristes britanniques, dont le nombre a atteint les 424.000 en 2014, puissent de nouveau choisir la Tunisie comme pays de destination. Pour ce faire, et afin que ce partenariat solidaire soit davantage consolidé, nous comptons sur les échanges de visite de haut niveau mais également sur le dévouement et l'engagement de nos deux ambassadeurs respectivement a Londres et a Tunis» , a conclu le secrétaire d'Etat Mohamed Ali Nafti.

Il est à souligner que le ministre d'Etat James Cleverly a profité de sa visite en Tunisie pour aller à la rencontre des représentants des sociétés spécialisées dans la commercialisation de l'huile d'olive. De nouvelles opportunités commerciales s'offrent aux producteurs et exportateurs de l'huile d'olive tunisienne à partir de ce mois suite à un nouvel accord commercial avec la partie britannique.

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X