Cameroun: Musique - X-Maleya chez le Minac

Le groupe reçu en audience mercredi dernier à Yaoundé par le ministre Bidoung Mkpatt, a présenté son nouvel album et ses projets sur le feu.

X-Maleya rend hommage aux icônes. Cela aurait pu être le titre de leur nouvel album « Back To The Roots ». Le désormais duo formé de Roger Samnig et Haïs Zaiter revisite dans cet opus, des trésors du répertoire musical camerounais porté par des artistes ayant marqué temps et générations. Le nouveau bébé des X-Maleya est sorti le 30 avril dernier. Un mois après l'arrivée officielle de cet opus de 12 titres, le groupe a été reçu en audience le 9 juin dernier, au ministère des Arts et de la Culture à Yaoundé.

Roger et Haïs sont venus non seulement pour présenter les enjeux du contenu de leur œuvre, mais également pour remettre officiellement un support contenant le fruit de leur travail au ministre Bidoung Mkpatt. Les titres de cet opus n'ont pas été sélectionnés au hasard, selon Roger Samnig. L'objectif étant de réveiller la mémoire des uns et des autres sur les prouesses vocales et rythmiques de ces génies camerounais. Démarche légitime selon Samnig, qui estime que toutes les icônes, qu'elles soient du domaine sportif, politique ou économique, doivent être célébrées. « On oublie vite et on passe à ce qui est actuel. Cet album est là pour rappeler qu'avant nous, il y avait d'autres artistes qui faisaient du bon travail », justifie l'artiste.

Avec cette production, contenu, les X-Maleya sillonnent le pays grâce à ces tubes remixés. Pierre Didy Tchakounte ramène tout le monde dans les montagnes à l'Ouest, Ali Baba prolonge le voyage dans le Septentrion, Esso Essomba rythme les mélomanes dans le Centre, quand les Black Styl « ambiancent » dans le Littoral. La particularité de cet album est qu'il est compilé sur un support USB. Pour les X-Maleya, le CD est en train de disparaître et tout le monde aujourd'hui télécharge et écoute sa musique soit dans la voiture à l'aide d'une clé USB, qui peut être connectée également à une télévision ou à une radio. « La clé USB c'est un coffret personnalisé. Si vous achetez votre clé, elle aura votre nom gravé. Donc c'est aussi un système marketing qu'on essaie d'explorer », révèle Roger Samnig.

Prenant la parole, le ministre des Arts et de la Culture, Bidoung Mkpatt, a commencé par apprécier les efforts constants du groupe pour le rayonnement de l'art musical camerounais. Félicitant leur talent et leur style musical proche des réalités de la société, le patron des Arts et de la Culture estime que le groupe est l'un des plus sérieux, structuré et mieux organisé de l'univers musical. C'est pourquoi, d'après lui, « le groupe X-Maleya et tous les autres artistes en général doivent bénéficier de la sollicitude du Minac pour leur accompagnement constant. »

Pour les deux chanteurs, il s'agit surtout de ramener les jeunes vers les musiques locales à la portée internationale. Ali Baba, Manu Dibango, Esso Essomba, entre autres, comptent parmi les icônes à l'affiche de « Back To The Roots ». Leurs chansons continuent d'intéresser plus d'un, ceci même des décennies après.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X