Cameroun: Nuisances sonores - Ras-le-bol à Odza

Depuis trois mois, les habitants de ce quartier se plaignent des bruits causés par un cabaret construit dans les parages.

Les habitants du quartier Odza, précisément ceux installés non loin du Carrefour Messamendongo, ont perdu le sommeil depuis plusieurs mois à cause des nuisances sonores. « C'est devenu invivable ici depuis trois mois. À partir de 18 h, un orchestre commence à jouer de la musique dans un espace ouvert, imaginez l'impact que cela peut avoir dans le voisinage. Cela va jusqu'à 5 h du matin, 7 jours/7. C'est ce que nous vivons depuis l'ouverture du cabaret Planète Ponce», témoigne Hubert Tchoumi, habitant du quartier. Une autre voisine, sexagénaire, va plus loin en soulignant que depuis que ce lieu de divertissement a ouvert ses portes son quotidien a été chamboulé. « J'ai plus de 60 ans, mon époux et moi sommes à la retraite et nous ne pouvons pas profiter paisiblement de notre repos dans la nuit à cause de la musique.

Il est 12 h, et je viens à peine de me réveiller, c'est maintenant que je vais commencer à faire à manger à mes petits-fils qui ne vont pas tarder à rentrer des classes. Est-ce normal de bouleverser la vie des gens ainsi ? », s'indigne-t-elle. La plupart des habitants rencontrés par l'équipe de CT mercredi matin poussent la même colère : le complexe en lui-même n'est pas un souci, puisqu'il permet à plusieurs Camerounais d'avoir un emploi, mais les bruits produits par ce lieu troublent leur tranquillité. Les habitants en colère ont également ajouté que leur intention n'est pas de saboter l'investissement, mais qu'ils veulent juste retrouver le calme et la paix d'antan.

Mais déjà, les populations ont rencontré les autorités administratives pour trouver une solution à leur problème. « Nous avons déposé des plaintes chez le sous-préfet, chez le maire de Yaoundé IV, pour dénoncer ce phénomène. Nous avons eu une assise avec les responsables de ce cabaret et le chef de bloc du quartier. Les responsables dudit cabaret ont promis que tout allait être réglé le 10 mai dernier. Nous sommes déjà en juin, jusqu'ici, les nuisances sonores troublent toujours notre quotidien », renchérit Hubert Tchoumi, habitant.

Approchés, les responsables du cabaret incriminé reconnaissent les faits et affirment qu'ils travaillent afin de réduire ces nuisances sonores. D'ailleurs, le lieu est en plein chantier. À l'arrière, un mur en parpaings est en train d'être élevé. « Nous allons faire deux murs avec des parpaings de 15 qui vont fermer le cabaret. Nous allons également habiller l'intérieur : tout cela va réduire les bruits au maximum. Le sous-préfet nous a donné un délai que nous n'avons pas pu respecter, car les travaux sont très coûteux. Lui-même a effectué plusieurs descentes sur le terrain pour apprécier leur avancée. Mais le problème est déjà réglé à 70% », rassure Aimé Lebeau, superviseur général et directeur artistique dudit cabaret.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X