Afrique-UE/ Environnement - Kaddu Kiwe Sebunya : « Sans l'Afrique, les efforts de conservation échoueront »

Le Parlement européen a approuvé la loi européenne sur le climat. Il s'agit de booster les ambitions du Green Deal européen, « accord mondial qui a besoin de l'Afrique pour le faire fonctionner ». Kaddu Kiwe Sebunya justifie la place incontournable de l'Afrique dans ce pacte vert européen.

Green Deal européen, le pacte vert européen est la politique phare de la Commission européenne (CE) sous la présidence d'Ursula von der Leyen. Elle vise à atteindre zéro émission de GES d'ici à 2050. Mais, l'Europe seule ne peut honorer l'accord. Elle doit travailler avec des partenaires mondiaux, donc l'Afrique pour la « faire fonctionner », explique Kaddu Kiwe Sebunya, directeur général de l'African Wildlife Foundation, une fondation qui donne la vision d'une Afrique où le développement humain comprend une faune florissante et de vastes terres sauvages en tant qu'atout culturel et économique pour les générations futures. Les moteurs du changement climatique et de la perte de biodiversité sont internationaux. Une action au-delà des frontières européennes est donc nécessaire.

L'UE appelle à un Global Green Deal pour garantir que l'augmentation de la température de la terre soit aussi proche que possible de 1,5 °C. Le point de départ de cette approche globale a été d'exporter le Green Deal européen vers l'Afrique. Le diplomate de l'UE, Josep Borrell, s'était rendu en Ethiopie pour promouvoir des liens plus étroits avec l'Union africaine (UA). Mais il a été accueilli avec scepticisme lors de la vente de l'accord, en raison des mentalités qui conduisent au faux choix entre le développement et les questions vertes, poursuit Kaddu Kiwe Sebunya. Seulement le sentiment que l'Europe dictait ce que l'Afrique devait faire s'ajoutait au problème, selon lui. L'appel lancé en avril par la présidente de la CE aux Africains pour qu'ils créent un « African Green Deal » n'a peut-être pas aidé, ajoute-t-il. Avant de souligner : « Sans une autonomisation adéquate et une appropriation africaine des objectifs et cibles durables, les dirigeants du continent continueront à prendre des décisions qui placent les avantages à court terme au-dessus de la croissance à long terme ».

« Le Green Deal européen a besoin de l'Afrique »

Kaddu Kiwe Sebunya pense que le succès du Green Deal européen dépend de la reconnaissance que l'Afrique - avec son abondance de biodiversité - joue un rôle central et ses pays sont, « des partenaires essentiels dans toute réponse au changement climatique ». Dans le cas de l'UE, cela implique « un partenariat avec l'Afrique vers un modèle de développement durable pour le continent qui respecte le Green Deal européen ». Il donne les raisons de cette dépendance : la contribution de la biodiversité à la fois à l'atténuation et à l'adaptation au changement climatique, dont les éléments essentiels sont « la nourriture, l'air pur et un abri ». Il est convaincu que « protéger la biodiversité peut nous aider à mieux nous adapter au changement climatique ». Le continent africain abrite huit des 34 endroits les plus riches du monde sur le plan biologique. Pourtant, le nombre d'animaux et les ressources naturelles sont en forte baisse.

La surexploitation et la dégradation des écosystèmes de la biodiversité entraîneront la perte de 50 % des espèces d'oiseaux et de mammifères d'Afrique et de 20 à 30 % de la productivité des lacs d'ici la fin du siècle, ainsi qu'un déclin de la faune et de la pêche, d'après certaines estimations. De fait, « l'Afrique et les Africains sont des acteurs essentiels dans la course à l'atténuation et à l'adaptation au changement climatique, ainsi qu'à la réalisation du Green Deal européen ».

La solution préconisée par Kaddu Kiwe Sebunya

Offrir plus d'espace aux solutions africaines dans la prise de décision peut aider à lutter contre la surexploitation et la dégradation des écosystèmes, en tirant parti des connaissances et de l'expérience autochtones avec la nature. Cela peut également « aider à éviter les faux départs entre l'Europe et l'Afrique à l'avenir. Nous avons besoin d'une relation qui reconnaisse et exploite les voix africaines au-delà des plates-formes gouvernementales pour éclairer la prise de décision et les politiques ». Alors que les dirigeants prennent de nombreuses mesures appropriées pour attirer des capitaux financiers pour le développement, ils sont souvent moins prudents quant à la préservation des richesses naturelles de l'Afrique, déplore-t-il.

Cela s'étend à l'agriculture, aux établissements humains, au développement des infrastructures et à l'extraction des ressources mal planifiés, qui entraînent la dégradation des forêts, des rivières et des prairies. La perte et la fragmentation de l'habitat qui en résulte menacent les écosystèmes dont dépendent les personnes et la faune. « Sans une autonomisation adéquate et une appropriation africaine des objectifs et des cibles durables, les dirigeants du continent continueront à prendre des décisions qui placent les avantages à court terme au-dessus de la croissance à long terme, ce qui n'est pas durable et, s'il n'est pas traité d'urgence, s'écartera des résultats escomptés du Pacte vert européen ».

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X