Congo-Brazzaville: Coiffure - Les tresses africaines rivalisent avec les coupes occidentales

Plusieurs tresses des années 60 sont de retour sur les têtes des Congolaises. Revendication identitaire pour certaines et retour à l'authenticité pour d'autres, ses diverses coupes de coiffure ont bonne presse.

Au marché Poto-Poto sur la rue haoussa, un salon de coiffure à ciel ouvert côtoie toutes les nationalités (béninoise, congolaise, sénégalaise, camerounaise... ).

« J'aime bien les tresses car elles permettent de changer de look. Nous sommes en pleine saison sèche, elles permettent de conserver la qualité de ses cheveux », dit Charmante. Il fut un temps où les Congolaises ne juraient que par les brésiliennes et les indiennes, mais aujourd'hui la donne a changé.

« Hier, c'était plus les cheveux occidentaux, mais je préfère les tresses. Elles représentent mieux notre culture africaine », confirme Sabine. «Selon la température du marché et la circulation de l'argent, on peut tresser par jour 3 à 4 têtes », affirme Mignone, une coiffeuse.

Comme un retour dans le pays natal, le titre du roman d'Aimé Césaire paru en 1939, les tresses dictent la tendance du moment. Symbole de la culture et la tradition africaine, les tresses livraient des messages spécifiques : statut social, rang, religion, situation matrimoniale. Aujourd'hui avec le mouvement nappy, (les cheveux naturels) elles expriment le refus à l'aliénation culturelle.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X