Ile Maurice: Ambiance - L'intriguant aparté

Qu'y avait-il de si urgent pour qu'aussitôt la séance levée, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, rejoigne le leader de l'opposition, Xavier-Luc Duval, au centre de l'hémicycle ? Ce qui, paradoxalement, les a mis à l'écart des autres parlementaires.

Les deux leaders ont échangé quelques phrases, chacun derrière son masque. Alors que quelques minutes plus tôt, pendant le discours du Budget 2021-2022, ils se faisaient des signes semblant indiquer une rencontre à l'extérieur de la Chambre. C'était hier soir à l'Assemblée nationale, juste à la fin de la lecture du discours du Budget.

Ce n'est qu'après avoir parlé au leader de l'opposition que le Premier ministre (PM) a rejoint ses collègues de la majorité, agglutinés autour de l'homme sur qui les regards ont été braqués pendant deux heures : le ministre des Finances, Renganaden Padayachy.

Il y a ceux qui l'ont félicité en s'inclinant poliment, tout en observant la distanciation physique comme Joanne Tour. Ceux plus tactiles comme son voisin de pupitre, Alan Ganoo, qui lui a donné une grande tape dans le dos. Et ceux volubiles, qui se sont répandus en éloges comme Teena Jutton. Cela, en prenant soin d'inclure le PM, debout à côté du ministre des Finances, dans le flot de paroles.

Grand oral ? Mais aussi grande balade orale. Le discours d'hier a été ponctué de très (trop) longues énumérations des localités situées aux quatre coins de l'île. Le signal étant sans doute de montrer que toute l'île est - et sera - un chantier.

Dans les rangs de l'opposition, on ricane. Le mot «charlatan» est prononcé. Les sourcils deviennent accents circonflexes au-dessus des masques quand la construction du Civil Service College est (ré) annoncé à Réduit. Ou quand le barrage de Rivière-des-Anguilles, ce vieux projet qui traîne, reçoit, pour la énième fois, une dotation budgétaire. Projet qui se trouve - en plus - dans la circonscription du ministre des Finances. Des «hmmm» ponctuent les annonces concernant Côte-d'Or, dans la circonscription du PM. Région qui fait dire, dans les rangs de l'opposition : «pena narien laba».

Pena narien ? Ni personne. À l'exception d'un invité unique. Situation sanitaire liée au Covid-19, il n'y a plus de galerie publique pour les invités - ambassadeurs, hommes d'affaires et autres personnalités. Sauf un one and only, veste boutonnée, bras croisés sur une chaise dans le couloir, côté majorité : Om Kumar Dabidin, Senior Chief Executive au département de la défense, du bureau du PM, qui siège aussi au sein de plusieurs conseils d'administration. A-t-il lui aussi senti planer l'ombre de sir Anerood Jugnauth sur ce discours du Budget, lui qui a le nez dans le projet de voyage aux Chagos ?

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X