Tchad: Une «marche pour la paix» organisée en soutien du CMT à Ndjamena

Le Tchad est toujours dans l'attente de l'ouverture du dialogue inclusif et de la nomination des membres du Conseil national de la transition en vue de l'adoption d'une nouvelle Constitution. En attendant, une marche a été organisée 11 juin en soutien au Conseil militaire de transition à Ndjamena. Cette mobilisation a été autorisée par les autorités et encadrée par la police selon un itinéraire bien précis.

« On veut la paix, on ne veut pas la guerre maintenant ! » Le message est clair dans le cortège qui a rassemblé environ 200 manifestants, venus en bus au palais de Justice, le point de rendez-vous. « La paix est quelque chose dont le président défunt Idriss Déby Itno avait fait son cheval de bataille. Dans cette quête de la paix, nous continuons à pérenniser tout ça. »

Même opinion pour cet autre manifestant, un t-shirt estampillé « Paix au Tchad » sur le dos. « A la mort du président Déby, il y aurait eu beaucoup de désordres sans la mise en place du Conseil militaire de transition... On voit maintenant des discriminations, des conflits communautaires s'installer. Le CMT va mener une bonne transition pour que le Tchad vive en paix ».

Abderrahmane Djasnabaille est l'un des ténors du parti de Déby, ancien ministre et vice-président du Grapat, un groupe d'intellectuels en faveur d'un dialogue inclusif à l'origine de cette marche. « Il faut que les gens sortent de la division. Il y en a qui sont pour la transition, d'autres non. Non, tous les problèmes doivent être débattus à la conférence ou au dialogue inclusif. Nous ne voulons plus la guerre, nous devons enterrer les armes. Ceux qui sont dehors, diaspora, politiques, militaires, il faut que tous viennent là de façon à ce qu'on échange pour que la paix soit définitive et durable. »

Le dialogue national inclusif a été annoncé fin avril par le chef du CMT, Mahamat Idriss Déby. Mais jusque-là, rien n'a encore été précisé.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X