Ile Maurice: Vaccination - Des équipes mobiles déployées dès lundi

Décentraliser la campagne de vaccination contre le Covid-19 et aller au-devant du public, tel est le nouvel objectif du ministère de la Santé. Et cela permettra aux personnes d'avoir accès plus facilement au vaccin. Le Dr Sudhirsen Kowlessur, Chief Health Promotion and Research Coordinator au ministère de la Santé, donne un éclairage sur la situation. «À ce jour, il y a les 15 centres de vaccination, qui opèrent. Puis, il y en a les cinq qui sont mobiles et qui se trouvent dans les hôpitaux régionaux. Ces derniers sont surtout dédiés au personnel de santé et aux personnes présentant des comorbidités.»

Mais vu les attroupements provoqués par les sessions de vaccination, qui ont redémarré le 2 juin, le ministère a décidé de revoir en partie sa stratégie. Ainsi, les heures de vaccination pour les personnes âgées ont été prolongées. Si dans un premier temps, celles-ci s'arrêtaient à 11 heures, elles ont été étendues à midi. «On débute à 9 heures et on termine à midi pour les seniors. Puis, pour celles qui se sont enregistrées auprès de l'Economic Development Board, la vaccination se fera entre 13 et 16 heures.» Par contre, des caravanes mobiles ont été ajoutées au programme pour faciliter cette campagne. «Nous avons envoyé une équipe à l'université de Maurice depuis jeudi. Nous avons pour mission de vacciner 9 000 personnes, et nous allons le faire. Cela concerne le personnel académique et les étudiants.»

Et pour accélérer cette décentralisation, un nouveau centre sera ouvert dès lundi à Coromandel. «Les habitants de la région de l'Ouest et des alentours n'auront pas à se déplacer jusqu'au théâtre du Plaza.»

Il a également souligné que dix cliniques ont obtenu des doses de vaccins anti-Covid-19. «Et nous leur avons aussi fait comprendre qu'une fois que leur quota se termine, ils doivent nous le notifier par e-mail, et nous allons leur en fournir d'autres.»

Interrogé quant à l'afflux de personnes aux abords des centres, le docteur Sudhirsen Kowlessur souligne que la campagne n'est pas encore ouverte au grand public. «Pour le moment, notre programme est très ciblé. Nous avons utilisé tous les moyens de communication pour passer le message.»

À jeudi, 335 915 personnes ont reçu leur première dose de vaccin alors que 218 336 personnes en ont déjà reçu la deuxième. La campagne de vaccination de la première dose durera jusqu'au 26 juin. Passée cette date, ce sera la deuxième piqûre qui sera faite.

Le personnel enseignant privilégié pour les rendez-vous sur la plateforme EDB

Plusieurs enseignants et employés du secteur éducatif ont été surpris d'avoir un rendez-vous pour la vaccination rapidement cette semaine sur le site de la plateforme Booking de l'Economic Development Board (EDB). Ce sont principalement ceux qui ont réservé une place dans l'un des 15 centres en fin de semaine dernière. D'autres ont dû faire appel à la hotline 141 pour avoir une date, faute de confirmation de Booking par SMS. On apprend que les enseignants sont privilégiés, vu qu'ils sont concernés par la réglementation par rapport à l'accès aux établisse ments scolaires. En revanche, ceux qui ont pris rendez-vous en milieu - de semaine dernière n'ont pas de visibilité ou de date précise. Toutefois, dans les centres de vaccination, c'est une autre paire de manches. Il n'y a aucune file spéciale pour les enseignants, tous les membres du public étant logés à la même enseigne. Des personnes ont dû revenir au moins une ou deux fois avant de recevoir leur première dose.

UoM : Au moins 300 étudiants font de la résistance

C'est jeudi qu'a démarré la vaccination anti-Covid-19 pour les étudiants. Sauf qu'au moins 300 étudiants n'ont pas voulu s'y soumettre et ce, pour diverses raisons, notamment le risque de ressentir des effets secondaires pendant la période de révision en vue des examens, qui débutent dans quelques semaines, ou encore par crainte, de la part des étudiants de terminale, d'être incapables de soumettre leur dissertation dans les délais. «Toute la population estudiantine ne pourra être vaccinée en l'espace d'une semaine. Que se passera-t-il si après la vaccination, on est dans l'incapacité de prendre part aux examens ? L'UoM ne dit rien à ce sujet. On a adressé plusieurs correspondances à la direction à cet effet, en vain», déplore-t-on. Selon les contestataires, il est «injuste» de les obliger de se faire vacciner. Ils estiment qu'on aurait pu leur proposer d'effectuer des tests PCR lorsqu'ils sont appelés à venir sur le campus, et aussi de participer aux examens en ligne, ou selon le même protocole suivi par les candidats, qui ont pris part au Primary School Achievement Certificate et au National Certificate of Education.

A La Une: Ile Maurice

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X