Afrique: Emmanuel Macron annonce la fin de l'opération Barkhane et des dons de vaccins à la veille du sommet du G7

A la veille du sommet du G7 qui se tient ce 12 juin au Royaume-Uni, et du sommet de l'Otan, le président français, a organisé une conférence de presse au cours de laquelle il a présenté les grands axes de la politique étrangère de la France, notamment l'opération Barkhane, des dons de vaccins en Afrique.

Au cours de la conférence de presse du président français, il a été question « d'une transformation profonde » de la présence militaire française au Sahel ». Emmanuel Macron a annoncé la fin de l'opération Barkhane, en tant qu'opération extérieure et la mise en place d'une alliance internationale associant les Etats du sahel en charge de poursuivre la lutte anti-terroriste et les groupes djihadistes. Il s'agit d'une fin progressive de Barkhane.

Le chef de l'Etat français a déclaré : « la forme de notre présence, celle d'opérations extérieures engageant plus de 5 000 hommes, maintenant depuis plusieurs années, n'est plus adaptée à la réalité des combats ». Désormais, la lutte contre le terrorisme sera faite « avec des forces spéciales structurées autour de [l'opération] Takuba avec, évidemment, une forte composante française - avec encore plusieurs centaines de soldats - et des forces africaines, européennes, internationales ». Les modalités et le chronogramme de ce retrait devraient être précisés avant la fin du mois de juin. Pour Emmanuel Macron, ce fut une « erreur » et une « mauvaise jurisprudence », s'agissant de la décision de la CEDAO de reconnaître le colonel Assimi Goïta, comme président de la République du Mali.

Barkhane remplécée par Takuba

Florence Parly assure que les armées sahéliennes sont en mesure " de faire face " à leurs ennemis, a déclaré la minstre des Armées. Elles sont "plus en mesure de faire face à leurs ennemis", après avoir mené de vastes opérations conjointes, ces derniers mois avec les troupes françaises, dont "l'engagement militaire restera très significatif", a-t- elle assuré Florence Parly.

Après 8 ans d'engagement, la France va réarticuler la lutte contre le terrorisme, associant des Européens. "Nous sommes de plus en plus en partenariat avec les forces armées sahéliennes que nous avons d'abord formées" via la mission européenne EUTM, "que nous avons entraînées et avec lesquelles nous avons de plus en plus combattu", a-t-elle fait valoir. Il s'agit de l'opération Takuba. Mais "la France gardera un engagement très significatif", a-t-elle ajouté. Interrogée sur le volume de réduction à venir des effectifs militaires français au Sahel, elle a refusé de dévoiler des chiffres, tout en assurant que "l'engagement militaire de la France restera très significatif", car "il nous faut combattre les groupes terroristes, continuer ce travail qui permettra aux forces armées du Sahel d'être en situation de répondre et de riposter".

Emmanuel Macron va plaider pour plus de vaccins aux Africains

Le chef de lEtat français a également évoqué de l'aide vaccinale en Afrique, en vue de mener une lutte efficace contre la Covid-19. Il a appelé les laboratoires pharmaceutique à donner 10% de leurs doses aux pays pauvres, notamment ceux d'Afrique et compte plaider, au sommet du G7, pour que les pays industrialisés acceptent de prendre à leur charge, l'objectif de faire vacciner « 60 % d'Africains à la fin du premier trimestre 2022 », avec comme objectif final « d'atteindre 40 % de la population africaine vaccinée avant la fin de l'année 2021, grâce à l'aide internationale.

A la contribution des Etats, il invite les laboratoires pharmaceutiques à faire dons des doses à hauteur de « 10 % de doses vendues ». Le président américain, Joe Biden, a annoncé que son pays fera un don de 500 millions de doses aux pays pauvres, dans le cadre de l'initiative Covax d'ici la fin 2022.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X