Sénégal: Affaire Abdou Faye / L'autopsie mentionne une mort par pendaison - Guy Marius Sagna dénonce la «témérité» du médecin

Après la thèse du suicide volontaire par pendaison rejetée par sa famille, c'est le Certificat de genre de mort délivré après l'autopsie du corps d'Abdou Faye qui suscite polémique. Alors que la famille l'attendait pour la suite (judiciaire) à donner au dossier, voilà que l'hôpital confirme une mort due à une «anoxie cérébrale et une asphyxie mécanique par pendaison». Un «constat» loin de convaincre Guy Marius Sagna de Frapp/France Dégage, qui indexe «la témérité» du médecin.

Son «constat» était très attendu, surtout du côté de la famille de la victime et de ses soutiens. L'hôpital général Idrissa Pouye de Grand-Yoff a livré les secrets de l'autopsie effectuée sur le corps d'Abdou Faye, un présumé complice de l'évasion de Baye Modou Fall alias «Boy Djinné» du quartier de haute sécurité du Camp pénal de Liberté 6, retrouvé mort dans sa cellule à la Sureté urbaine du Commissariat central de Dakar où il était gardé à vue. Le Certificat de genre de mort délivré par l'Etablissement de santé semble «confirmer» la thèse de la mort par pendaison. En effet, selon le document délivré par le chef du Service d'Anatomie et de Cytologie pathologique de l'hôpital général Idrissa Pouye, le décès de Abdou Faye est du à «une anoxie cérébrale et une asphyxie mécanique par pendaison».

Et de préciser qu'aucun signe de traumatisme n'a été constaté sur le reste du corps. Résultats de l'autopsie dont «doute» l'activiste Guy Marius Sagna, de Frapp/France Dégage, un des soutiens de la famille du défunt. L'activiste dit déceler deux choses qui posent problème dans le Certificat n°141 d'Abdou Faye. «(... ) Revenons aux choses sérieuses! Il y a deux choses qui posent problème dans le Certificat numéro 141 de Abdou Faye, que Dieu l'accueille en son paradis : 1 - le médecin dit que les causes du décès ont été provoquées par une pendaison : n'est-ce pas de la témérité de sa part ? 2 - le médecin dit "absence de traumatisme sur le reste du corps" : ce qui est faux car Abdou Faye avait des blessures sur la tête», commente M. Sagna à travers une note parvenu à la Rédaction de Sud Quotidien.

LONGUE LISTE DE VICTIMES DE BAVURES POLICIERES ET DE GENDARMES

Non sans lister quelques cas de bavures policières et des gendarmes, connus et médiatisés, enregistrés dans les lieux de privation des libertés (garde à vue) ou lors de manifestations des populations et des étudiants violemment réprimées par les Forces de l'ordre. «Un exécutif et un législatif au service du peuple devraient s'inquiéter - pour s'en enquérir - du nombre important de citoyens qui meurent du fait de certains agents des Forces de défense et de sécurité : Omar Blondin Diop,... Mamadou Diop, Balla Gaye, Fallou Sène, Bassirou Faye, Kékouta Sidibé, Dominique Lopy, Matar Ndiaye, Elimane Touré, Elhadj Thiam, Mamadou Ndiaye, Abdoulaye Wade Yengu, Ibrahima Mbow, Abdoulaye Timéra, Lamine Koïta, Seck Ndiaye, Yamadou Sagna, Baye Cheikh Diop, Cheikh Coly, Famara Goudiaby, Pape Sidy Mbaye, Cheikhouna Ndiaye, Sadio Camara, Mansour Thiam, Moussa Dramé, Alassane Barry, Bourama Sané... Et aujourd'hui Abdou Faye», recense Guy Marius Sagna qui appelle à lutter pour que cela cesse. «Luttons ! Refusons ! Résistons ! Organize, don't agonize ! Résistance !»

LE PROCUREUR DE REPUBLIQUE INVITE A TIRER AU CLAIR L'AFFAIRE

Déjà, face à la presse avant-hier, jeudi 10 juin 2021, au siège du mouvement Frapp/ France Dégage, la famille d'Abdou Faye qui avait rejeté la thèse du suicide volontaire par pendaison de ce dernier, disait attendre de disposer des résultats de l'autopsie pour la suite «judiciaire» à donner à cette affaire. «(... ) Maintenant, ce qu'on ne peut pas admettre, c'est le fait que la Police nous dise qu'il s'est suicidé. Car connaissant mon fils, il est incapable de se faire du mal... On ne croit pas à la thèse du suicide. Je n'ai pas encore vu le corps ; mais, d'après son oncle et homonyme, il avait des blessures sur la tête et au niveau du coup», avait déclaré Pape Aly Faye, le père d'Abdou Faye, dénonçant des châtiments corporels qu'auraient subi son fils et «matérialisés» par les «traces de sang retrouvées sur le corps» du défunt.

La Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l'Homme (RADDHO) et Amnesty International/Sénégal ont interpellé le Procureur de République, invité à ouvrir une enquête pour tirer au clair cette affaire. Abdou Faye avait été placé en garde à vue au Commissariat central de Dakar pour complicité présumée dans l'évasion de «Boy Djinné», arrêté à Missirah (région de Tambacounda) après seulement 4 jours de cavale.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X