Ile Maurice: Environnement - Le maître-mot est la réhabilitation

Rs 1,2 milliard seront investies au cours des trois prochaines années dans la réhabilitation et la protection des côtes pour contrer les effets du changement climatique. Certains des projets prévus sont la plantation de 15 000 mangroves sur la côte Sud-Est, entre Quatre-Soeurs et Rivière-des-Créoles, et dans la région Ouest, de Tamarin à Rivière-Noire et de CaseNoyale à Baie-du-Cap et des travaux de stabilisation des glissements de terrain auront lieu à Chamarel, Coromandel, Rivière-des-Créoles, Baie-duCap, Montagne-Ory, Batelage, Pont de Souillac et Falaise de Macondé. Des travaux entre Pointe-aux-Feuilles et Vieux-Grand-Port, ainsi qu'une passerelle, une jetée, une cale, un passage pour bateaux et la restauration du littoral à Vieux-Grand-Port et Rivière-des-Créoles sont aussi à l'agenda.

Le National Environment Fund (NEF) recevra Rs2.2 milliards pour la réhabilitation des côtes, le nettoyage et l'embellissement du pays et pour la promotion de l'économie circulaire.

La National Environment Cleaning Authority (NCEA) sera bientôt mise en place avec un capital initial de Rs 100 millions. Cette autorité sera placée sous l'égide du bureau du Premier ministre.

Rs 790 millions supplémentaires seront destinées au nettoyage, à l'embellissement et à la gestion des déchets solides. Cela comprendra le remplacement et la modernisation des équipements de nettoyage, le nettoyage et l'embellissement de 110 sites publics, y compris des lieux de culte, des aires de jeu, et des parcours de santé, l'embellissement des réserves routières le long des autoroutes M1 et M2 et le nettoyage, la réhabilitation et l'amélioration des canalisations, les ponts et les rivières à Ruisseau du Pouce, Canal Kitchree, Tranquebar, Rivulet Terre-Rouge, Roche-Bois, Canal Anglais, Canal Magenta, Poste-deFlacq, Midlands, Rose-Belle et Mahébourg

Mariam Sandoyeea membre de Fridays for Future «Des mesures vagues... »

«Les mesures budgétaires sont vagues et ne précisent pas les actions, qui permettront la protection de la biodiversité. Nos zones côtières sont impactées par plusieurs facteurs incluant la déforestation sur les flancs des montagnes. De plus, la problématique de la pollution plastique remonte à la production. Encourager le nettoyage c'est bien, mais ne plus produire et utiliser le plastique, c›est mieux. Il est crucial de donner des équipements et poubelles de tri aux communautés les plus démunies.»

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X