Afrique du Nord: Le respect du droit à l'autodétermination condition de toute reprise des négociations avec le Maroc

Paris — Le ministre sahraoui des Affaires étrangères, Mohamed Salem Ould Salek, a déclaré qu'il était temps pour la France et pour l'Espagne de ramener le Maroc à la table des négociations avec les Sahraouis et à mettre fin à la guerre d'agression qui se poursuit depuis novembre dernier au Sahara occidental, conditionnant la reprise des négociations par le respect du droit inaliénable du peuple sahraoui à l'autodétermination.

"Je crois qu'être un bon ami du Maroc, comme l'est la France, c'est de le faire sortir de cette guerre. Hassan II était un homme intelligent, il a fait la guerre mais quand il a vu que cela ne marchait pas, il a fait machine arrière et a accepté le référendum d'autodétermination. Mohamed VI a continué la guerre, a renié les engagements pris par le Maroc durant le règne de son père", a-t-il soutenu.

"C'est ce que disent les Nations unies d'une autre façon" en expliquant que "la paix doit passer par l'exercice du peuple sahraoui de son droit à l'autodétermination", a-t-il précisé.

Concernant la récente hospitalisation, en Espagne, du président sahraoui, le ministre des Affaires étrangères a assuré que Brahim Ghali était entré en territoire espagnol avec un passeport diplomatique et non sous une fausse identité comme a voulu le faire croire le Maroc.

D'autre part, le ministre sahraoui a rappelé que l'administration Biden n'a pas confirmé la proclamation faite en décembre dernier par l'ancien président américain, Donald Trump, qui avait reconnu la prétendue souveraineté marocaine sur les territoires sahraouis. Il a signalé que cette proclamation a été largement critiquée aux Etats-Unis et qu'elle contredisait clairement les résolutions des Nations unies et le droit international en faveur de l'autodétermination du peuple sahraoui.

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X