Afrique: La nouvelle guerre froide

Comme on pouvait le craindre au vu des affrontements plus ou moins larvés qui dressent les uns contre les autres depuis des mois la Chine, les Etats-Unis et la Russie, le monde va vivre dans les années, les décennies à venir, une nouvelle forme de « guerre froide » qui ressuscitera les vieux démons du siècle précédent. Preuve, s'il en fallait une, que le progrès technologique, économique, social ne modifie en rien l'inclination de l'être humain pour la violence individuelle et collective qui lui a permis, au cours des millions d'années précédentes, d'imposer sa loi aux autres espèces animales.

Ce mouvement, dont tout annonçait la résurgence depuis le début du nouveau millénaire, s'accélère de façon évidente aujourd'hui parce que la Chine s'emploie à devenir la première puissance du globe, parce que la Russie dresse autour d'elle une barrière de petites et moyennes nations comme elle le fit à l'époque du régime soviétique, parce que le camp occidental constitué autour de l'alliance Etats-Unis Europe resserre les rangs que la politique de « l'America first » pratiquée par l'ex-président américain Donald Trump avait fortement ébranlés. Le Sommet du G 7 qui vient de se tenir en Cornouailles, province du Royaume-Uni, et au cours duquel le nouveau président Joe Biden a affirmé clairement la volonté des Etats-Unis de renforcer la coalition occidentale en apporte la preuve irréfutable.

S'il n'est pas certain que la nouvelle guerre froide dont nous vivons les premiers instants débouche sur un conflit ouvert, autrement dit sur un nouveau conflit mondial, il ne fait aucun doute, en revanche, qu'elle va perturber profondément la scène stratégique mondiale. Pour au moins trois raisons que voici résumées en quelques mots : d'abord parce qu'elle aura un impact économique fort avec la remise en question plus ou moins claire de la mondialisation ; ensuite parce qu'elle provoquera inévitablement une nouvelle course aux armements qui elle-même ébranlera des régions très stratégiques comme la Mer de Chine du sud, la Méditerranée orientale ou le Cercle polaire Arctique ; enfin parce qu'elle rendra plus difficile la lutte engagée, notamment en Afrique, pour neutraliser les djihadistes de tout poil qui tentent d'y imposer leur loi infernale.

Pour dire les choses encore plus clairement l'humanité, dont le poids dépassera dans quelques années le chiffre symbolique de dix milliards d'êtres humains, va devoir dans les décennies à venir se protéger contre elle-même. Ceci alors qu'il lui reste peu de temps pour mettre un terme au dérèglement climatique dont elle est largement responsable et qui menace désormais très directement sa survie à brève échéance.

Si les Grands de ce monde ont un minimum de sagesse, ils feront bien d'écouter ce que disent les observateurs sur les cinq continents et que nous résumons ici en quelques lignes. S'ils ne le font pas très rapidement et n'essaient pas de s'entendre sur l'essentiel, ils provoqueront à coup sûr un désastre planétaire que chacun d'entre nous paiera au prix le plus fort. Tel est bien le danger fondamental que porte en elle la nouvelle « guerre froide » dont nous vivons les prémisses.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X