Afrique: Pour faire reculer le phénomène migratoire, l'UE doit investir dans les pays du Sud

Alger — Afin de réduire l'acuité du phénomène migratoire, les pays membres de l'Union européenne doivent investir davantage dans les pays du Sud tout en leur assurant un transfert de technologie à même d'améliorer la situation de leurs économies respectives, estime Arslan Chikhaoui, spécialiste des questions géostratégiques.

"Le défi pour l'Union européenne est de stimuler l'investissement productif, le transfert de connaissances, l'innovation et le partage des technologies en direction des pays du Sud. Cela permettra d'approfondir et de consolider le processus de collaboration Win-Win", soutient le spécialiste dans une contribution publiée samedi dans le journal l'Expression.

D'après lui, "la sécurisation d'une région sub-méditerranéenne émergente homogène, pacifique et intégrée représente à la fois un objectif géopolitique et économique pour les décennies à venir afin de contenir l'émigration illégale et de faire face à toutes sortes de menaces émergentes de troisième génération".

Il ajoutera que "la mise en place d'une politique de voisinage de l'UE qui s'appuie sur la stratégie des 3M (Market, Money, Mobility) et de mesures de confiance fortes et concertées est un défi sécuritaire pour l'ordre social et la stabilité en Afrique du Nord, au Sahel et en Méditerranée".

Il fera remarquer que "la région de la Méditerranée, de l'Afrique du Nord et du Sahel, continuent d'être la principale voie de trafic multiforme", précisant qu'il s'agit d'une région qui "souffre de manière récurrente de conflits de faible intensité, de crises multidimensionnelles, d'activités d'Organisations violentes extrémistes (VEO) et du crime organisé".

La lutte contre le terrorisme et le crime organisé exige incontestablement une coopération internationale structurée et la capacité de formuler des politiques communes, assure-t-il. "La région est loin d'atteindre une telle cohérence dans ce domaine. Le terrorisme et la contrebande d'armes continuent d'être une source de tension dès le début des années 1990 accentuée depuis le -printemps arabe- de 2011", déplore, néanmoins, Arslan Chikhaoui.

"Avec le temps, le lien entre le trafic de drogue, la mafia financière, le blanchiment d'argent, la contrebande d'armes et le terrorisme est devenu apparent. Cela est perçu comme un défi de sécurité important pour l'ordre social et la stabilité", note l'expert.

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X