Tunisie: Troubles et manifestations contre les violences policières à Tunis

Photo d'archives

A Tunis, la colère des jeunes du quartier de Sidi Hassine est toujours palpable, six jours après la mort suspecte d'un jeune pendant son interpellation par la police. Les associations des droits de l'homme, syndicats, magistrats et avocats dénoncent les violences policières.

La nuit était encore tendue dans le quartier populaire de Sidi Hassine à l'ouest de Tunis, ce dimanche 13 juin. Face aux policiers déployés de part et d'autre des rues, des groupes de jeunes expriment leur colère à coup de slogans anti-police, six jours après la mort suspecte d'un habitant du quartier, Ahmed Ben Ammar, pendant son interpellation par les forces de l'ordre.

Le lendemain, un adolescent, du même quartier est passé à tabac et dénudé par un policier habillé en civil, selon les images filmées par des vidéos amateurs. Elles ont fait le tour de la toile tunisienne, suscitant l'indignation.

Plus d'une quarantaine d'associations ont dénoncé ces abus et samedi après-midi, une manifestation sur l'avenue Habib Bourguiba contre la violence policière a débouché sur des affrontements entre manifestants et autorités. Une enquête judiciaire a été ouverte sur les circonstances de la mort d'Ahmed Ben Ammar.

Ces deux évènements ne sont pas isolés. Depuis la révolution, l'impunité et le manque de réformes de l'institution sécuritaire sont souvent dénoncés en Tunisie. Le président de la République Kais Saied a convoqué vendredi le chef du gouvernement et également ministre de l'Intérieur par intérim, Hichem Mechichi pour exprimer sa « colère » et sa « condamnation » des derniers évènements.

Une nouvelle manifestation avec pour point de départ le quartier de Sidi Hassine, est prévu ce lundi 14 juin à 17h heure de Tunis.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X