Sénégal: Parution d'un ouvrage sur les "textes fondamentaux" de la République

Dakar — L'ouvrage intitulé "Les textes fondamentaux du Sénégal", un recueil des textes régissant le fonctionnement des institutions publiques du pays, a été présenté, samedi, à Dakar, a constaté l'APS.

L'ouvrage de recueil de 394 pages paru aux éditions l'Harmattan Sénégal est à l'intiative de Association sénégalaise du droit constitutionnel (ASDC) en partenariat avec le Programme pour la promotion de l'Etat de droit en Afrique subsaharienne de la Fondation Konrad Adenauer (KAS).

"Cette première publication entre dans la vision stratégique de l'ASDC, qui a pour rôle de favoriser la production scientifique en droit constitutionnel et d'intensifier les échanges d'expérience par la tenue de colloques, de rencontres ponctuelles, d'auditions de professeur et de praticiens du droit constitutionnel", a expliqué le président de l'Association sénégalaise du droit constitutionnel (ASDC), Abdou Aziz Kébé.

Il a souligné que le format de l'ouvrage s'est inscrit dans une double dynamique", en précisant que "dans la première partie, le texte de chaque constitution est reproduit et expliqué par un auteur tandis que la seconde partie de l'ouvrage vulgarise les lois organiques".

"Les conventions internationales citées dans le préambule ont été présentées séparément pour des raisons didactiques", a ajouté M. Kébé.

Il a salué " le partenariat entre l'ASDC et la Fondation Konrad Adenauer". Celle-ci de façon spontanée, a accepté d'appuyer techniquement et foncièrement ce projet", s'est-il félicité.

"Présenter les textes constitutionnels et organiques du Sénégal, c'est raconter une histoire : l'histoire riche et agitée de la construction de l'Etat, de la démocratie et régime politique sénégalais, avec tous ses acquis, ses erreurs et ses errements", a de son côté réagi le directeur du Programme pour la promotion de l'Etat de droit en Afrique subsaharienne de la Fondation Konrad Adenauer, Ingo Bandoreck.

Il s'agit, a-t-il signalé, de permettre au plus grand nombre de connaître et comprendre le fonctionnement des institutions, d'apprécier la régularité et la légitimité de la pratique du pouvoir, d'être informé de ses droits et libertés et être en mesure de les faire valoir.

"C'est apporter la démonstration que l'inculture constitutionnelle, dans le sens de l'ignorance des dispositions à valeur constitutionnelle et fondamentale, n'est pas une caractéristique intrinsèque au peuple sénégalais, liée à une quelconque forme d'incompatibilité ou d'hermétisme à cette matière", a-t-il soutenu.

Pour le professeur Babacar Kanté, préfacier de l'ouvrage, les révisions en cascade de la Constitution, l'inflation législative peu soucieuse de la légistique, la difficulté de réunir les lois de la République ayant trait à la même matière dans un seul et même document, rendent ce travail indispensable.

Il a évoqué, dans la note de préface, "un symbole qui matérialise la volonté des aînés qui avaient déjà eu l'ambition, en 1999, de mettre en place le Réseau africain de Droit constitutionnel".

"Ce recueil va offrir aux enseignants, aux étudiants, mais aussi aux professeurs judiciaires et même à la société civile, de plus en plus présente dans le débat public, un référentiel sur le corpus législatif sénégalais", a-t-il fait valoir.

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X