Burkina Faso: Jean Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères - « La lutte contre le terrorisme fait partie de nos priorités »

Le ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean Yves Le Drian, a présenté ses condoléances au président du Faso, à la suite de l'attaque de Solhan.

Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a reçu successivement en audience, le vendredi 11 juin 2021, à Ouagadougou, le ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean Yves Le Drian et le nouveau représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel, Mahamat Saleh Annadif.

La France est solidaire du peuple burkinabè à la suite de l'attaque de Solhan dans le Sahel ayant fait 132 morts. Le ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean Yves Le Drian, est venu à Ouagadougou, le vendredi 11 juin 2021, à Kosyam, pour présenter les condoléances de son pays au Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Le diplomate français a également traduit son affection au peuple burkinabè et réaffirmé la volonté de son pays à continuer à agir contre le terrorisme. « La lutte contre le terrorisme fait partie de nos priorités même si le modèle de Barkhane n'est plus adapté », a-t-il déclaré.

Il a soutenu que la France veut engager des consultations pour essayer de transformer le modèle qui engageait les forces françaises territorialement en un modèle de coopération et de soutien à l'égard des pays concernés. « Cela n'empêchera pas du tout de poursuivre la lutte contre le terrorisme », a-t-il insisté. Aux dires de M. Le Drian, la France va toujours continuer le renforcement des capacités de la force conjointe du G5 Sahel et l'appui aux Etats membres pour la reconquête de leurs territoires avec le retour de l'administration et des services sociaux de base. A cela, a-t-il indiqué, s'ajoute la stratégie de développement que l'Hexagone entend poursuivre en collaboration avec ses partenaires internationaux à l'égard des pays du Sahel.

La résilience des Burkinabè saluée

Interrogé sur les propos « peu courtois » tenus par un journaliste sur Europe 1, Jean Yves Le Drian, a répondu qu'il a toujours laissé aux journalistes, la responsabilité de leurs propos. « En ce qui concerne la France, c'est le ministre ou le président qui parle au nom de la République »,

a-t-il précisé. « La France a-t-elle la volonté d'installer une base militaire au Burkina Faso ? », a voulu savoir un autre journaliste. « Il n'y a pas d'intention de notre part d'installer une base militaire spécifique au Burkina Faso.

Par contre, il y a notre volonté d'agir ensemble avec les forces burkinabè pour combattre l'ennemi commun qui est le terrorisme », a-t-il souligné.

Le représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel, Mahamat Saleh Annadif, a été la deuxième personnalité reçue par le président Kaboré. Installé dans ses fonctions, il y a un mois, Mahamat Saleh Annadif, a laissé entendre qu'il effectue une tournée dans les pays membres de la CEDEAO afin de se présenter aux chefs d'Etat.

Il a dit mettre à profit ses rencontres avec les présidents pour comprendre les défis et le rôle que les Nations , peuvent jouer pour L'air du tempsaider les pays de l'Afrique de l'Ouest et du Sahel. Consterné par le drame survenu à Solhan, M. Annadif a présenté au nom des Nations unies ses condoléances les plus « attristées » au chef de l'Etat et au peuple burkinabè. « J'ai exprimé au président du Faso notre solidarité, nos compassions et les condoléances du secrétaire général des Nations unies », a-t-il affirmé.

A l'en croire, ses échanges avec le président Kaboré ont aussi porté sur les voies et moyens d'améliorer la situation sécuritaire et les actions de développement à mettre en œuvre. « Nous louons la résilience des populations burkinabè qui, malgré ce qui se passe, arrivent encore à se tenir debout. Il y a de quoi les féliciter, les encourager et leur dire qu'elles ne sont pas seules dans cette épreuve », a-t-il conclu.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X