Afrique de l'Ouest: Lutte contre la migration irrégulière en côte d'ivoire anne lemaistre ( UNESCO) pour plus d'engagement de la presse et de civisme de la jeunesse

Anne Lemaistre, représentante résidente en Côte d'Ivoire de l'Organisation des nations unis pour l'éducation, la science et la culture, (Unesco), entend lutter contre la migration irrégulière et la traite des humains à travers une série d'actions, de campagne, de sensibilisation et d'information sur les risques de la migration en incluant la presse et appelant la jeunesse à plus de civisme. C'était lors d'un déjeuner de haut-niveau organisé mercredi 09 Juin 2021 dans un hôtel à Abidjan-Plateau sur le thème " Autonomisation des jeunes en Afrique à travers les médias et la communication".

« Dans le cadre du projet média immigration, nous voulons autonomiser les jeunes en Afrique à travers l'immigration. L'objectif est de rassembler les médias, de manière à les inviter à écrire des articles, des productions journalistiques audiovisuelles sur le sujet de la migration. Et on espère qu'ainsi les jeunes seront prévenus des risques migratoires, qu'ils puissent avoir des informations sur la migration régulière. Nous sommes en train d'échanger avec des anciens migrants, nous voulons déconstruire certains projets dans lesquels l'Europe, c'est "l'eldorado" ou on dit "je n'ai pas d'opportunité" », a dit Anne Lemaistre, représentante résidente de l'Unesco en Côte d'Ivoire.

Représentant le ministre de la Promotion de la Jeunesse, de l'Insertion professionnelle et du Service civique, Diomandé Lassiné, directeur adjoint du cabinet dudit ministre a affirmé l'engagement du gouvernement à s'inscrire dans cette marche contre la migration irrégulière. « Nous faisons de la sensibilisation dans les différentes localités mais je pense qu'on serait plus appuyé avec les médias ». a-t-il dit

À cette occasion, l'ex migrant, aujourd'hui président de l'Ong Lisad, Hervé N'dri a dit vouloir par son histoire, sensibiliser la population mondiale contre ce fléau.

« Je suis victime de la traite des hommes au Koweït. En Septembre 2015, j'avais décidé d'aller à l'aventure. Je me suis retrouvé au Koweït. Depuis le premier jour, ils ont bloqué mon passeport. Une fois là-bas, à ma grande surprise, je deviens esclave. Je vous le dis, la traite et la vente des personnes existent bel et bien. Je travaillais pour des gens dans le désert, sans salaire de 05 heures du matin, à 02 heures du matin. Vers la fin, j'ai reçu des menaces de mort. », a témoigné Hervé N'Dri.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: L'Intelligent d'Abidjan

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X