Madagascar: Ankorondrano - Tollé dans les locaux de Jesosy Mamonjy

Samedi, un tumulte s'est élevé dans les locaux du temple Jesosy Mamonjy, à Ankorondrano. Outre la tentative de réouverture de l'édifice par des fidèles, la présence de banderoles qui insinuent que la politique doit rester en dehors de la religion, en a été à l'origine.

Pointé du doigt à cause d'une supposée ingérence dans la conciliation et résolution des conflits au sein de l'Église, un député a envoyé des femmes pour enlever et ranger les banderoles. Les fidèles ne les ont pas laissées faire. Pour que cela ne dégénère pas la police a dû intervenir.

La constitution d'un nouveau conseil d'administration nécessitée par le décès du président du collège des pasteurs, Léon Rafaty, s'est soldée par un différend interminable au sein du temple Jesosy Mamonjy d'Ankorondrano. Le vice-président aurait voulu s'autoproclamer président . Les milliers de croyants se sont scindés en deux clans. Ils se sont affrontés le 7 février, jour prévu pour proclamer la liste des membres élus. Bilan: deux blessés, des bancs détruits et des vitres cassées. Pour maintenir l'ordre public, la préfecture de police a notifié la fermeture provisoire du temple

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X