Afrique: Terrorisme et violence - Une situation insoutenable dans les pays d'Afrique de l'Ouest

Abidjan — " La sous-région de l'Afrique occidentale est malheureusement en train de devenir le bastion du terrorisme en Afrique. Une situation qui devient de plus en plus préoccupante", écrit à l'Agence Fides le Père Donald Zagore, théologien ivoirien de la Société des Missions Africaines, exprimant toute sa préoccupation et son inquiétude pour la situation dans la région. Le conflit entre les forces gouvernementales et les groupes armés liés à Isis et Al-Qaïda, dans la partie occidentale du Sahel, a dévasté une grande partie de la région au cours de la dernière décennie, déclenchant une importante crise humanitaire. Près de 7 000 personnes sont mortes à la suite de l'aggravation des combats l'année dernière, selon les données du Armed Conflict and Location Event Data Project. Et, selon les Nations unies, la poursuite des violences a entraîné le déplacement interne de plus de deux millions de personnes.

Le père Zagore souligne : "Le nombre de personnes déplacées et de décès est en augmentation. Des populations entières vivant dans des conditions de précarité totale ne peuvent plus faire face", insiste le missionnaire. L'instabilité politique quasi permanente, la violation des valeurs démocratiques, la corruption à grande échelle, la pauvreté de plus en plus prononcée, la montée en puissance des cartels de la drogue et de l'or illégal, qui contribuent largement au financement du terrorisme, aggravent les conditions sociales, politiques et économiques dans cette partie de l'Afrique".

"Tant que nos États resteront prisonniers de tous ces maux sans jamais les combattre vigoureusement, leurs portes seront grandes ouvertes à toutes les formes de violence et au terrorisme par excellence. L'heure n'est plus aux discours et aux éternels sommets sur la lutte contre le terrorisme. Il est temps d'agir. Les gens ne doivent pas devenir prisonniers dans leur propre pays", dit le missionnaire de bon cœur.

Parmi les autres incidents graves de violence enregistrés hier, 13 juin 2021, figure la mort d'au moins deux soldats et d'un gendarme, tués par l'explosion d'un engin explosif dans leur véhicule dans la région de Tèhini, au nord-est de la Côte d'Ivoire, près de la frontière avec le Burkina Faso. Selon des sources locales, l'explosion a également fait trois blessés, moins d'une semaine après une attaque menée par des djihadistes présumés dans la ville de Tougbo, à quelques kilomètres de la frontière burkinabè.

Le conflit dans la région du Sahel a provoqué l'une des plus grandes crises humanitaires au monde, avec 24 millions de personnes ayant besoin d'aide cette année et 13 millions souffrant de la faim, selon le Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA). Avec ses vastes étendues de désert mal contrôlé et ses frontières poreuses, le Sahel s'est révélé être un terrain fertile pour la montée du militantisme islamiste dans l'une des régions les plus pauvres du monde, tandis que le changement climatique a aggravé la concurrence pour des ressources qui s'amenuisent. Selon une étude récente commandée par Catholic Relief Services (CRS) au Mali, au Burkina Faso et au Niger, le chômage des jeunes et le manque d'opportunités économiques sont la principale cause de violence, poussant de nombreux jeunes à rejoindre les groupes armés. En Afrique de l'Ouest, une élite de 1% possède plus de richesses que le reste de la population et les gouvernements ne font pas assez pour réduire les inégalités par des politiques telles que la fiscalité et les dépenses sociales, a déclaré l'ONG Oxfam.

Plus de: Agenzia Fides

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X