Congo-Kinshasa: Des sinistrés toujours dans l'attente d'une solution à Kibati

Le chef de l'État Félix Tshisekedi visite Kibati, localité à une vingtaine de kilomètres de Goma. Des déplacés de l'éruption, ceux qui n'ont pas pu encore rentrer chez eux, y attendent l'achèvement d'un site d'accueil un peu plus adapté.

Plus de 400 ménages se sont déjà installés dans des salles de classe d'une école à proximité du site qui va accueillir les sinistrés. Ces déplacés viennent des zones situées au pied du Nyiragongo.

Besoin d'eau potable et de nourriture

Ils manquent presque de tout. Parmi eux, il y a des enfants et des femmes enceintes. Ils sont arrivés depuis trois semaines. Ils attendent impatiemment d'être pris en charge, tant par les humanitaires que par le gouvernement. Démunis, ils demandent de l'eau potable, de la nourriture et des abris un peu plus confortables.

Ce sont ces problèmes que les autorités veulent résoudre, parce que juste à côté, un site plus viable va être rapidement monté. Mais bien avant, un hôpital mobile a été déployé. Il est équipé en médicaments, en matériel et en eau. Il va prendre en charge les premiers soins, notamment pour les maladies respiratoires et la malaria.

Cet hôpital a une capacité de vingt lits et il pourra fonctionner dès cet après-midi. Mais à côté de ce dispositif médical, l'urgence est d'achever rapidement le site d'accueil des déplacés.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X