Cameroun: Modification de la loi de finances - Les députés approuvent l'Ordonnance du 26 mai 2021

C'était samedi dernier, au cours d'une séance plénière présidée par le président de l'Assemblée nationale, Cavaye Yeguié Djibril.

Débats houleux, le 12 juin dernier à l'Assemblée nationale entre les élus de la nation et le ministre des Finances (Minfi), Louis-Paul Motaze. Au terme de cela, un résultat probant : l'adoption par les députés du projet de loi portant ratification de l'ordonnance du 26 mai 2021 modifiant et complétant certaines dispositions de la loi du 17 décembre 2020 portant Loi de finances. Cavaye Yeguié Djibril, président de l'Assemblée nationale a dirigé cette séance ouverte au public.

Lors de la discussion générale, certains députés du Parti camerounais pour la Réconciliation nationale (PCRN), Cabral Libii et Adèle Rolande Ngo Issi, ont exprimé leur inquiétude sur le taux d'endettement sans cesse croissant du Cameroun, sans réel impact sur les conditions de vie des populations. Ils ont estimé que cette Ordonnance qui permettra à l'Etat du Cameroun d'accéder à l'Eurobond, n'est ni opportune ni nécessaire. L'honorable Koupit Adamou de l'Union démocratique du Cameroun ira dans le même sens. A son avis, cette Ordonnance viendra « ajouter la dette sur la dette ». Or, pour le député, l'endettement n'est pas l'unique solution. La réduction des dépenses, et précisément du train de vie de l'Etat, étant aussi une solution souvent recommandée par les économistes.

Un avis que ne partage pas du tout le Minfi. Pour Louis-Paul Motaze, le problème ne se pose pas au niveau de l'endettement. Il faut plutôt interroger les raisons qui sous-tendent l'endettement, ainsi que le moment pendant lequel l'on contracte la dette. D'après lui, « aucun pays au monde ne s'est développé sans s'endetter. En plus, le Cameroun ne figure pas parmi les 20 pays les plus endettés d'Afrique. » Vu que l'endettement se pose comme la condition sine qua non au vrai développement, le Cameroun peut y recourir. Du moins, « tant qu'il caresse encore et toujours l'ambition de changer qualitativement les conditions de vie des citoyens, et qu'il se fait sous l'encadrement des partenaires techniques et financiers », a-t-il conclu.

Auparavant, trois projets de lois ont été déposés sur la table des députés. Le premier d'entre eux porte sur la ratification de l'Ordonnance du 07 juin 2021 modifiant et complétant certaines dispositions de la loi du 17 décembre 2020 portant Loi de finances de la République du Cameroun pour l'exercice 2021. Le deuxième projet de loi est lié à l'organisation et à la promotion du volontariat au Cameroun. Quant au troisième, il va autoriser le président de la République à ratifier le Traité portant création de l'Agence africaine du médicament. Ce texte a été adopté en février 2019 à Addis-Abeba en Ethiopie.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X