Sénégal: Déplorant des dérives, les autorités veulent réguler les réseaux sociaux

Après la sortie du président sénégalais Macky Sall sur les dérives émanant des réseaux sociaux, le ministre de l'économie numérique a annoncé des mesures pour éradiquer ce que les autorités considèrent comme un fléau.

La régulation des réseaux sociaux est devenue un enjeu majeur pour les autorités sénégalaises qui comptent faire des efforts considérables pour y arriver. Cependant le ministre de l'Économie numérique, Yankhoba Diattara, estime qu'il faut une approche inclusive et participative.

"La régulation du secteur des réseaux sociaux est une problématique mondiale", reconnaît d'emblée l'autorité. Pour lui, le gouvernement du Sénégal est "conscient des enjeux mais également, mais étant soucieux de la protection des citoyens, de leur dignité et de leur liberté a entamé une réflexion pour réfléchir ensemble sur un cadre d'harmonisation et de régulation du secteur", explique-t-il.

Les acteurs du secteur sont aussi conscients des dérives sur le net. Et pour eux, l'approche inclusive et participative annoncée par le ministre est primordiale pour réussir le pari de la régulation.

"Les réseaux sociaux sont des espaces de liberté d'expression et ce sont des moyens qui permettent aux usagers et aux populations de donner leur avis sur comment le pays est géré et comment les choses se passent", estime Mouhammad Ciss, spécialiste des réseaux sociaux. "N'oublions pas que c'est un droit", ajoute-t-il.

Il reconnaît toutefois que les "dérives que l'on voit sur internet sont un fléau. Mais pour résoudre tout cela il faut impliquer les acteurs, donner également la possibilité aux usagers de donner leur avis sur comment tout cela devra se faire".

"Les plateformes digitales ont déjà prévu un cadre légal pour encadrer tout cela avec la possibilité de signalement mais il faut bien sûr encadrer en impliquant tout le monde", soutient-il.

Les réseaux sociaux connaissent un engouement auprès d'un public très varié. Raison pour laquelle des mesures doivent être prises pour le bien de tous nous, explique-t-il.

Il pense que les acteurs médiatiques ont aussi un grand rôle à jouer.

La politique, les affaires de mœurs, les rivalités entre fans de célébrités, les médisances, les Fake news, sont autant de choses qui polluent la toile.

Selon le ministre Diattara, éradiquer toutes ces dérives passera d'abord par une phase de réflexion incluant les acteurs et tous ceux qui gravitent autour du digital.

Les enjeux sont énormes. Le Nigeria vient de suspendre Twitter après ce qu'Abuja considère un crime de lèse-majesté: la plateforme a osé supprimer un message du président Muhamadu Buhari. Facebook de son côté a suspendu pour deux ans l'ancien président américain Donald Trump.

Le Sénégal va-t-il réussir le pari de l'exception numérique? Il suffira d'attendre pour voir l'issue de ce débat réel sur le monde virtuel.

Plus de: VOA

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X