Seychelles: Les senneurs battant pavillon seychellois voient leurs quotas de pêche d'albacore augmenter à 35 800 tonnes

Les senneurs battant pavillon seychellois ont désormais une allocation de capture d'albacore de 35 800 tonnes, alors que la Commission des thons de l'océan Indien (CTOI) réexamine le mécanisme d'allocation de l'espèce en adoptant une nouvelle résolution qui entrera en vigueur l'année prochaine.

L'allocation d'albacore pour les senneurs de la flotte des Seychelles était de 33 211 tonnes métriques pour l'année, réparties également entre les 13 navires battant pavillon de la nation insulaire de l'océan Indien occidental.

Le changement d'allocation pour les Seychelles et d'autres pays fait suite à la 25e session de la CTOI qui a eu lieu du 7 au 11 juin.

En 2015, le comité scientifique de la CTOI a établi que le stock d'albacore de l'océan Indien était surexploité. En conséquence, la résolution 16/01 a adopté un « Plan intérimaire de reconstitution du stock d'albacore de l'océan Indien dans la zone de compétence de la CTOI ». La résolution a été révisée en 2017, 2018 et 2019.

L'objectif du plan provisoire était de réduire les captures de 20 pour cent par rapport aux niveaux de 2014 et de rétablir les stocks à des niveaux supérieurs aux points de référence cibles provisoires avec une probabilité de 50 pour cent que cela se produise d'ici 2024.

Le secrétaire principal pour la pêche, Roy Clarisse, a déclaré lundi lors d'une conférence de presse que d'autres changements avaient été apportés aux allocations cette année suite à la proposition des Maldives selon laquelle l'allocation d'albacore serait attribuée à un pays sur la base de toutes les flottes participant à l'industrie.

« Aux Seychelles, nous avons les senneurs industriels, les palangres industrielle et semi-industrielle. Notre allocation est basée sur la totalité de ces trois flottes. La résolution 19/01 est une résolution où l'allocation est spécifique au type d'engins utilisés, ce qui signifie il y avait une allocation spécifique pour les palangriers, une pour les senneurs et une pour les semi-industriels en fonction de ce qu'ils avaient pêché précédemment », a expliqué M. Clarisse.

En vertu de la Résolution 19/01, la capture d'albacore par des navires semi-industriels n'était pas prise en considération, car ils étaient exemptés. En vertu de la nouvelle résolution, ces navires se verront également attribuer une limite de pêche.

M. Clarisse a déclaré que puisque, en vertu de la résolution 19/01, les senneurs des Seychelles étaient invités à réduire leurs captures de 16 pour cent, « en vertu de la nouvelle résolution, nous nous sommes assurés que notre situation en tant que petit État insulaire, qui dépend grandement de la pêche, est pris en considération. "

"Nous sommes venus avec une référence où nous pouvons réduire nos prises de seulement 10 pour cent. Nous avons demandé que nous changions notre année de référence - au lieu d'utiliser 2015 pour les senneurs, nous leur avons demandé d'utiliser le tonnage moyen des prises entre 2017 et 2019, ce qui signifie que cela nous a placés dans une situation favorable », a-t-il ajouté.

En vertu de la nouvelle résolution, les États membres de la CTOI se sont vu attribuer une limite totale de 400 512 tonnes pour la capture d'albacore dans l'océan Indien. Cette allocation est inférieure à celle suggérée par le comité scientifique de la CTOI, qui est de 403 000 tonnes.

Au cours de la même réunion, deux autres propositions ont été adoptées, tandis que quatre ont été rejetées. Présentée par les Maldives, l'une des résolutions approuvées demandait à tous les pays membres de respecter la limite de 513 000 tonnes que le comité scientifique a recommandée pour les pêcheries de thon listao. Les Maldives ont également demandé à la CTOI d'élaborer des mesures de conservation pour garantir que cette limite ne soit pas dépassée à l'avenir.

L'autre résolution qui a été approuvée a été amené par l'Indonésie et concernait le transbordement en mer spécifiquement pour l'Indonésie.

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X