Sénégal: Axe mal éclairée à hauteur Sips-Fass Mbao - Les riverains de la Rn2 exposés à tous les périls

14 Juin 2021

Sur la route de Rufisque, l'axe rond-point Sips-Fass Mbao (département de Pikine) fait craindre le pire. À côté des crevasses, l'absence d'éclairage public expose les populations aux nombreux cas d'agression et aux accidents mortels.

Somnolant sur sa table de fruits à Poste Thiaroye, Aminata Faye est alertée par le flash d'un appareil photo. Sautant de ces instants de détente, la dame s'emporte : « C'est qui ce gars sur la passerelle ? Depuis quelques minutes, il nous photographie. Qu'il arrête ! ». Un de ses voisins, vendeur d'outils téléphoniques, tente de la calmer. « Il est peut-être journaliste », lui explique-t-il, plein d'humour. Les discussions sont engagées autour de l'opportunité d'un tel travail. Après des minutes d'échanges, la lumière jaillit du visage noir de colère d'Aminata. Ses rouspétances se transforment en doléances en un laps de temps. « Nous sommes tout le temps dans le noir. Le danger est permanent. Il y a beaucoup d'accidents et des cas d'agression. Il nous faut un projet d'éclairage public », plaide-t-elle, en formulant des prières.

Sur l'échangeur plongé dans la pénombre, les véhicules roulent à vive allure. Les seules sources de lumière sur cette route sont les enseignes des boutiques et les phares des voitures. Ce qui est inadmissible aux yeux de Serigne Faye. En boubou traditionnel vert, il apprécie la saveur d'un plat de « Mborokhé » sur la table d'une gargote. L'homme, un fringant quinquagénaire, rapporte son échange de la veille sur la question. « De Sips à Fass Mbao, il n'y a pas de lampe. C'est incompréhensible. Il faut que l'État nous sauve », gémit-il, inquiet. À 22h 20mn, le rond-point Sips est plongé dans le noir. Malgré les poteaux électriques installés entre les deux voies, aucune lampe n'est allumée. Sur cette chaussée dégagée, les automobilistes accélèrent. Cette vitesse dans l'obscurité inquiète Ousmane Bâ. Sous l'enseigne d'un immeuble, le jeune homme sert du café à un client. Sur place depuis deux ans, il ne comprend pas le défaut d'éclairage public sur cet axe très fréquenté. « À partir de 20 heures, nous sommes dans le noir. Nous voyons des dizaines de poteaux, mais aucune lampe n'est allumée. Certains commerçants ont quitté, craignant pour leur sécurité », dit-il, tirant sa clope.

Récurrence des accidents et nid de bandits

Si entre l'usine Sips et Poste Thiaroye les poteaux électriques installés au milieu de la route ont suscité l'espoir des populations, à Diamagueune, rien ne présage de la fin imminente du calvaire. Les automobilistes se fient à leurs phares, les commerçants installés tout autour usent de lampes torches. Ce que peine à concevoir Dame Diagne. « À côté des crevasses, il y a cette obscurité qui inquiète tout le monde. Lundi dernier, un automobiliste, qui a perdu le contrôle de son camion, a mortellement fauché une vendeuse de fruits », regrette-t-il. À l'en croire, les cas d'agression sont de plus en plus récurrents. « On dénombre en moyenne une dizaine de cas d'agression par semaine. Sans éclairage public, cet axe devient un nid de bandits », ajoute le rabatteur. À hauteur de la station Edk, on a le cœur à la fête. De jeunes couples se dirigent vers le glacier. Malgré l'envie de se détendre, Abdoul Ba se soucie de sa sécurité et de celle des riverains. En pantalon noir et chemise blanche, il plaide pour un projet d'éclairage public allant de Pikine à Rufisque. « Au centre-ville, ce problème est résolu depuis des lustres. Il faut que la banlieue bénéficie du même traitement. Ce qui permettra de mettre fin aux meurtres et aux accidents », clame Abdoul.

Au garage clando de Fass Mbao, les chauffeurs discutent à côté d'une vendeuse de fruits en attendant les passagers. L'éclairage public constitue la principale préoccupation d'Aïssatou Diouf, puisque menant son activité sur le trottoir. « J'ai plusieurs fois été témoin d'accidents et de meurtres à cause de l'obscurité », dit-elle, dans l'espoir de voir son vœu d'une route éclairée se réaliser.

Les passerelles, de vieilles doléances

Entre l'usine Sips et Fass Mbao, sur les cinq passerelles installées, seules deux sont opérationnelles actuellement. Celles de Thiaroye-sur-mer et de Diamagueune et de Sicap Mbao ont été victimes du passage des camions gros porteurs. Ce qui contribue à l'augmentation des cas d'accident, selon Ousmane Bâ. « Des camions tuent souvent de jeunes commerçants qui traversent la route. Pour diminuer les accidents, il faut réhabiliter les passerelles. Les populations doivent aussi avoir la conscience de les emprunter », souligne Ousmane.

Massamba Cissé va dans le même sens. Pour lui, l'idéal serait de réhabiliter celles déjà existantes et d'en construire d'autres pour des quartiers tels que Lansar et Tivaouane Diacksao. « Avec l'obscurité, c'est dangereux de traverser la route. Il faut réhabiliter les passerelles de Diamagueune-Sicap Mbao et Thiaroye et en construire une nouvelle entre Diacksao et Poste Thiaroye », préconise M. Cissé.

A La Une: Sénégal

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X