Afrique: Lutte contre le terrorisme - L'Egypte veut mettre son expérience au service du Burkina

Le chef de délégation du CICR, Laurent Saugy (gauche): « La protection des populations a été véritablement un point de convergence lors des discussions avec le Premier ministre ».

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a reçu le lundi 14 juin 2021 à Ouagadougou, l'ambassadeur de la République arabe d'Egypte au Burkina Faso, Ibrahim Azim Elkhouli et le chef de délégation du Comité international de la Croix-Rouge, Laurent Saugy.

La République arabe d'Egypte est disposée à soutenir le Burkina Faso dans la lutte contre le terrorisme. Le sujet a été débattu en audience, le lundi 14 juin 2021 à Ouagadougou entre l'ambassadeur de la République arabe d'Egypte au Burkina Faso, Ibrahim Azim Elkhouli et le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré. C'est ce qu'a indiqué le diplomate égyptien à l'issue de la rencontre. « Nous avons présenté notre expérience qui sera mise au service du peuple notamment dans le domaine sécuritaire », a indiqué l'ambassadeur. De son avis la question sécuritaire sera en discussion entre les ministères techniques des deux pays.

« Plusieurs pistes sont en examen et d'autres propositions seront profondément étudiées par les deux parties afin de réaliser une coopération exemplaire Sud-Sud dans la lutte contre le terroris-me », a-t-il relevé, tout en insistant que les problèmes africains doivent avoir des solutions africaines. A propos de l'attaque meurtrière de Solhan, M. Elkhouli a dit avoir présenté, au nom de son pays, ses sincères condoléances au chef du gouvernement à la suite des « actes inhumains terroristes».

Outre la revue de la coopération bilatérale entre l'Egypte et le Burkina Faso, les questions internationales étaient au menu des échanges. « J'ai aussi expliqué au Premier ministre l'état actuel de la crise du barrage de la renaissance en Ethiopie et les démarches de l'Egypte de saisir le Conseil de sécurité de l'ONU, le dimanche 13 juin 2021 », a-t-il soutenu.

A la suite de l'ambassadeur de l'Egypte, le chef du gouvernement burkinabè a reçu le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

Le chef de délégation, Laurent Saugy, a confié que la rencontre a permis de faire au gouvernement, le point sur le rôle « exclusivement humanitaire » que le CICR joue au Burkina Faso.

« C'est une occasion pour nous, une dizaine de jours après la tragédie de Solhan, de voir dans quelle mesure le CICR peut subvenir aux besoins les plus urgents dans le domaine des soins de santé d'urgence et médicaux », a-t-il signifié. Cette rencontre a été également l'occasion de faire le point sur le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant rouge. Le CICR est au Burkina de manière continue depuis 15 ans.

Pour cette présence au pays des Hommes intègres, M. Saugy a dressé un bilan plutôt positif. « Modestement, le CICR ainsi que le Mouvement international de la Croix et du Croissant rouge travaillent ces dernières années à renforcer leur contribution à l'amélioration de la situation humanitaire. Le rôle du CICR est de s'assurer du respect du droit international humanitaire », a soutenu le chef de la délégation.

Plus de: Sidwaya

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X