Sénégal: Les médias, "un puissant relais" pour "la culture" du don de sang (médecin)

Louga — Les médias constituent "un puissant relais" par lequel les structures sanitaires peuvent passer pour inscrire dans les habitudes des Sénégalais la culture du don de sang, a soutenu, lundi à Louga, le Directeur de L'hôpital régional Amadou Sakhir Mbaye, Amadou Guèye Diouf.

"Au niveau national, nous avons dédié cette journée à la presse qui est un puissant relais par rapport à la sensibilisation qui doit être faite pour installer cette culture du don de sang", a-t-il dit lors de la célébration de la journée mondiale des donneurs de sang.

"La situation de la transfusion sanguine au Sénégal est marquée par une rupture récurrente au niveau des différentes banques de sang du pays tout simplement parce qu'il y a un objectif national annuel qui est fixé par le Centre national de transfusion sanguine, mais que cet objectif est difficilement atteignable chaque année", a-t-il dit.

Selon le Docteur Diouf, "la culture du don de Sang n'est pas encore bien installée dans notre pays. Et c'est ce qui explique la pertinence de cette journée, mais aussi le fait de travailler à rendre permanent les passages au niveau de différents points de don de sang du pays".

"A travers la presse, nous lançons souvent des alertes disant que l'hôpital a besoin de sang de tel groupe sanguin parce qu'il arrive que dans certaines situations, des groupes rares ne sont pas disponibles et cela rend difficile la prise en charge surtout dans certains services comme la maternité et la néphrologie", a-t-il fait savoir.

"Nous célébrons la vie, la solidarité. Le choix des journalistes comme parrain de cette journée est perçu comme une invitation citoyenne pour impliquer davantage et au quotidien dans la sensibilisation, pour ancrer le don de sang dans les habitudes des populations", a soutenu le président de l'Association de la presse de Louga, Achille Niang.

Il a souligné que "le don de sang ne doit pas être un appel de détresse, mais une habitude de tous les jours. Et le rôle des médias ne doit pas se limiter à relayer des appels d'urgence de don de sang".

"Nous devons accompagner les autorités médicales dans une campagne permanente de sensibilisation pour que nos banques de sang ne soient pas à sec. C'est le lieu le plus précieux où l'on peut faire un investissement, car on y investit la vie. On doit inscrire ce geste dans nos habitudes", a-t-il insisté.

Il a promis aux autorités sanitaires de Louga que les journalistes vont "s'inscrire dans la sensibilisation à travers leurs médias et émissions et aussi organiser une journée de don de sang".

L'adjoint au gouverneur chargé du Développement, Modou Thiam, qui a présidé la rencontre, a invité la jeunesse lougatoise à faire un don de sang pour sauver des vies.

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X