Sénégal: Une scène 100% féminine au centre culturel Blaise Senghor, lundi

Dakar — L'Association des femmes musiciennes du Sénégal (ASFEMS) va célébrer la fête de la musique la semaine prochaine au centre culturel régional Blaise Senghor de Dakar avec une scène 100% féminine, a annoncé lundi à Dakar sa présidente Fatou Diop Tamba.

"Nous allons organiser un concert à Blaise Senghor pour célébrer la fête de la musique, mais ce sera un plateau où ne seront conviées que les musiciennes, les femmes artistes de la musique", a-t-elle indiqué lors d'un point de presse.

Selon Fatou Diop Tamba, des divas comme Kiné Lam, Fatou Guéwel ou autres Mahawa Kouyaté, ainsi que d'autres artistes tels que Daba Sèye, Guigui et autres ont déjà confirmé leur participation à cette manifestation.

En prélude à cet évènement, l'Association des femmes musiciennes du Sénégal a démarré à Blaise Senghor une série d'ateliers de renforcement de capacité au profit de ses membres et dans les différents métiers de la musique.

"Les cours de chant et de vocal seront dispensés par Adolf Coly de l'Orchestre national, l'atelier de kora sera assuré par Baboulaye Cissoko, Ismaila Cissé pour les clavistes et Baye Demba Guèye pour la percussion", a détaillé Fatou Diop Tamba, par ailleurs choriste du groupe "Raam Daan" de Waly Ballago Seck.

L'Association des femmes musiciennes du Sénégal, créée en février 2020, regroupe une centaine de membres, des chanteuses, choristes, instrumentistes, managers et techniciennes de la musique.

Elle ambitionne de lutter pour les droits des femmes artistes musiciennes, selon sa présidente.

"Nous nous sommes mobilisées pour lutter ensemble (...) contre les nombreuses difficultés [auxqulles] font face les femmes musiciennes. Nous sommes dans toutes les régions du Sénégal", explique-t-elle.

Selon Fatou Diop Tamba, les femmes musiciennes "rencontrent d'énormes problèmes" dans ce milieu, parmi lesquels "le manque de considération et le non-respect de leurs droits".

"Quand tu es une femme qui fait de la musique, il y a une perception négative de la société, et même au sien des familles, dans les ménages, c'est dur quand tu es dans un couple ou dans un ménage", fait-elle valoir.

"C'est au +Raam Daan+ que j'ai su que les salaires doivent être égaux entre hommes et femmes, j'ai fait pas mal de formations avant. Il y a le problème de sécurité après les spectacles", ainsi que d'autres contraintes, énumère la présidente de l'ASFEMS.

Le combat ne s'arrêtera pas seulement aux problèmes des musiciennes, puisque l'Association des femmes musiciennes du Sénégal compte "prendre à bras le corps" des questions telles que la scolarisation des filles et la sensibilisation sur la santé des femmes.

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X