Congo-Kinshasa: Environnement - Eve Bazaïba visite l'usine Clean Plast

La déscente a permis au numéro un de l'Environnement de se rendre compte des réalités de cette usine, qui constitue un début de solution pour les déchets non biodégradables polluant l'environnement.

La vice-première ministre, ministre de l'Environnement et du Développement durable (VPM-MEDD), Eve Bazaïba Masudi, a visité, le 14 juin, les installations de l'usine Clean Plast spécialisée dans la collecte, le traitement ainsi que le recyclage des divers déchets plastiques.

A l'issue de cette descente, la VPM-MEDD s'est dite convaincue par le travail effectué par cette usine. Mais Eve Bazaïba avoue que beaucoup restent encore à faire étant donné que l'entreprise Clean plast est une initiative privée. Pour le numéro un de l'Environnement, elle ne sera satisfaite que quand le gouvernement de la République va se lancer dans l'accompagnement de ces genres d'initiatives privées. « Ils m'ont convaincue. Mais je ne suis pas encore satisfaite parce qu'en tant que gouvernement, nous ne sommes pas encore connectés. C'est une initiative privée qui nécessite à ce que le gouvernement puisse l'accompagner », a-t-elle fait savoir.

Cette action passe, selon Eve Bazaiba, par le plaidoyer en faveur d'allègement de certaines contraintes liées à l'acquisition des matériels, de facilités d'exonérations, etc. La visite dans l'usine Clean plast, souligne-t-on, rentre dans le cadre du volet assainissement du secteur de l'environnement, dans lequel il y a également le volet forêt.

A l'usine Clean Plast, la VMP Eve Bazaïba et toute son équipe ont visité les différents compartiments de cette fabrique où sont recyclés des déchets plastiques ramassés à travers la ville de Kinshasa, pour en faire d'autres produits d'utilisation courante. C'est ici que le numéro un de l'Environnement relève l'importance de cette usine pour son secteur. « Ce sont des matières non biodégradables qui sont très nuisibles à la santé de la population et au sol. Elles dégradent complétement le sol. Mais, avec cette usine, il y a la possibilité de tout traiter et recycler. En même temps, on a la possibilité d'assainir l'environnement et d'avoir d'autres produits dérivés issus du recyclage », a souligné la VPM. Pour elle, cette usine constitue une grande partie de la solution dans l'assainissement, étant donné que cette dernière est déjà sur le terrain.

Selon Alexander Bamanisa de Clean Plast, cette entreprise de collecte, de traitement et de recyclage des déchets plastiques a dix-sept ans d'expérience dans ce domaine. Elle traite en moyenne 80 mille tonnes des déchets par an et ambitionne de traiter et recycler 200 mille d'ici 2023. Clean plast, qui a déjà totalisé trois ans à Kinshasa, rappelle-t-on, fabrique, à partir de ces matières recyclées, des produits d'utilisation courante en plastique comme les chaises, les seaux, les bidons, les bouteilles, etc.

Eve Bazaïba et Marie Ndjeka échangent sur les aspects logistiques de la COP 26

De retour à son cabinet de travail, la VPM-MEDD Eve Bazaïba Masudi a reçu l'ambassadrice de la RDC auprès du Royaume Uni, de la Grande Bretagne et de l'Irlande du Nord, Marie Ndjeka. Avec cette diplomate, elle a discuté des aspects techniques pour la participation du pays à la conférence des parties, la COP 26. « Comme elle est la patronne de l'Environnement, je suis venue la voir pour discuter des problèmes logistiques et, éventuellement, comment nous allons contribuer en tant que pays à cette conférence », a indiqué Marie Ndjeka, au sortir de cette audience.

L'ambassadrice de la RDC auprès du Royaume Uni, de la Grande Bretagne et de l'Irlande du Nord a, par ailleurs, indiqué que le Congo, qui joue un grand rôle dans la lutte contre le réchauffement climatique, est déjà en retard des préparatifs pour cette conférence prévue du 1er au 12 novembre 2021 à Glassgow, au Royaume Uni.

Malgré cette situation de retard dans la préparation pour la participation de la RDC à cette rencontre sur le climat, Marie Ndjeka pense que le pays doit continuer à jouer son rôle et à démontrer sa volonté de combattre le changement climatique.

Cette conférence qui réunit les pays signataires de la convention cadre des Nations unies sur le changement climatique, rappelle-t-on, est sous la présidence britannique en partenariat avec l'Italie. Pour cette rencontre, le gouvernement britannique travaille autour de cinq campagnes dont l'adaptation et résilience, la nature, la transition énergétique, le transport routier propre ainsi que les finances. Marie Ndjeka a dit sortir de cette entrevue avec la VPM Bazaïba très satisfaite, du fait que le numéro un de l'Environnement « maîtrise bien ce secteur qui lui a été confié ». En plus de la conférence des parties pour la lutte contre le changement climatique, la COP 26, Eve Bazaïba Masudi a briffé son hôte sur son programme d'actions à la tête de ce secteur.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X