Sénégal: Reprise de bases rebelles du Mfdc, déminage, saisies... - L'armée dans une allée de succès

15 Juin 2021

Depuis le 31 mai dernier, l'armée a lancé une vaste offensive de sécurisation dans les secteurs 51 et 53, au sud-ouest du département de Ziguinchor, près de la frontière avec la Guinée-Bissau. Ces opérations, toujours en cours dans l'arrondissement de Nyassia, ont permis le démantèlement de cinq bases rebelles dont trois totalement reprises. Les armées en ont également profité pour déminer toute la zone afin d'y enclencher le processus de retour des populations déplacées depuis près de 30 ans.

ZIGUINCHOR - Après Badiong, Sikoume, Bouman et Boussoloum, jadis implantées dans les forêts de l'arrondissement de Niaguis et tombées le mois de février dernier, c'est autour des bases rebelles de Badem, d'Ahinga, de Bouniack, de Bagam et de Djiléor d'être conquises par l'Armée sénégalaise. La mission est claire : parachever le dispositif opérationnel et faire en sorte qu'il n'y ait plus de positions rebelles dans le Sud du fleuve Casamance.

Sur les cinq positions du chef indépendantiste César Atoute Badiate reprises depuis le début du mois de juin, trois le sont totalement. C'est à l'actif des « Jambaar » qui commencent à y ériger des postes avancés. Il s'agit des bases rebelles de Bassaré, d'Ahinga et de Bouniack. Toutes ces zones étaient minées. Et lors de ces opérations de sécurisation et de restauration de l'autorité de l'État dans l'arrondissement de Nyassia, l'armée en a profité pour lancer un processus de déminage qui a permis d'enlever 25 mines dont 10 antichars et 15 antipersonnel. C'est dans cette même zone où des démineurs avaient été arrêtés en 2013 par les éléments du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (Mfdc).

Bagam est tombée

Selon le Lieutenant-colonel Clément Hubert Boucal, commandant le groupement tactique interarmes Bravo, essentiellement composé du bataillon de commandos, ce travail de titan effectué par les « Jambaar » a donné des résultats louables. « Depuis le 31 mai, nous avons démarré une reconnaissance offensive en direction de Badem et assuré en même temps l'opération de création de pistes logistiques. Car, dans ces zones, les pistes qui servaient de production ont fait l'objet de minage sauvage par le Mfdc. Nous avons pu enlever au total 25 mines qui ont été détruites », a-t-il expliqué en marge d'une visite de presse organisée par le commandement de la zone militaire n°5 de Ziguinchor.

Outre ce bilan, le Lieutenant-colonel Clément Hubert Boucal a indiqué que l'équipe qu'il a dirigée a aussi mené des actions concrètes sur le terrain. Dans ces opérations, le rôle du groupement tactique interarmes Bravo dans le fuseau Est était de s'emparer des positions rebelles de Badem et de Bagam, mais aussi d'assurer la sécurisation de la création de pistes logistiques. Ainsi, Bagam, située à 200 mètres de la frontière avec la République de Guinée-Bissau, a été conquise. Cette base était composée de 15 « bunkers ». La conquête de cette base « fermement défendue par l'ennemi » n'a pas été facile, a reconnu le Lieutenant-colonel Clément Hubert Boucal. D'ailleurs, a-t-il poursuivi, il y a eu un accrochage intense. Mais, il a soutenu qu'avec la détermination des armées, les combattants d'Atika ont pris la fuite.

Des roquettes d'armes antichars, des mines, munitions... saisies

Après quelques minutes de combat, a précisé l'officier des Armées sénégalaises, l'ennemi a cédé le terrain et laissé sur place beaucoup de matériel dont des roquettes d'armes antichars, cinq mines antipersonnel, 5 AK47, une grande quantité de munitions de calibre 762, des documents classés secrets, une grande logistique... Outre ces saisies, des champs de chanvre indien ont également été détruits comme c'était le cas à Badiong, il y a quelques mois. Tout comme Bassaré, des saisies ont été effectuées à Ahinga 1, 2 et Djiléor. Il s'agit, entre autres, de grenades, de mines, de roquettes... Des hectares de chanvre indien ont été également détruits.

De l'avis du Lieutenant-colonel Mathieu Diogoye Sène, commandant le groupement tactique interarmes Alpha, toutes les conditions vont être créées au terme de ces opérations pour le retour des populations dans leurs terroirs. Une thèse corroborée par le Colonel Souleymane Kandé, commandant la zone militaire n°5, qui a rappelé que l'armée est déterminée à faire régner l'autorité de l'État dans toutes les zones longtemps contrôlées par les bandes armées du Mfdc. L'ossature du groupement interarmes Alpha est composée des éléments du bataillon d'infanterie. Ce sont eux qui, à partir de Nyassia, ont attaqué les positions rebelles du chef César Atoute Badiate. Au cours de ces opérations, l'armée a enregistré deux blessés dans ces rangs. Il s'agit d'un gradé qui a marché sur une mine et d'un autre « Jambaar » blessé par balles.

(Correspondant)

A La Une: Sénégal

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X