Afrique: La science a parlé, nous devons garder le pied sur la pédale environnementale

interview

Joyce Msuya est la directrice exécutive adjointe du Programme des Nations Unies pour l'environnement. Elle s'est entretenue avec Zipporah Musau d'Afrique Renouveau sur la manière de rendre la Zone de libre-échange continentale africaine plus verte, sur les impacts environnementaux de la COVID-19 et sur ce qui lui donne de l'espoir dans la lutte contre le changement climatique.

Quel est le thème de la Journée mondiale de l'environnement de cette année (5 juin) ?

Cette année, la Journée mondiale de l'environnement met l'accent sur la restauration et lance la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes. La restauration est au cœur de notre nouvelle stratégie, et nous sommes ravis que ce lancement intervienne au bon moment, à l'approche de la Conférence des Parties (COP) - la COP 26 sur le changement climatique qui se tiendra [en novembre] à Glasgow, au Royaume-Uni, et la COP sur la biodiversité qui se tiendra en Chine en octobre et qui définira le cadre de la biodiversité post-2020. Car comme nous le savons, la biodiversité et le changement climatique sont les deux faces d'une même pièce.

Vous avez tenu la 5e session de l'Assemblée des Nations Unies pour l'environnement (AUE-5) plus tôt cette année. Quels sont les résultats dont vous êtes le plus fier ?

Tout d'abord, les États membres ont décidé que, en raison de la pandémie de la COVID-19, la réunion devait être divisée en deux parties. La première partie, qui s'est tenue les 22 et 23 février, était axée sur les questions administratives. La seconde partie, qui se tiendra en février 2022, sera axée sur les questions de fond, notamment les résolutions.

Je suis satisfait de l'UNEA-5 pour plusieurs raisons. Premièrement, il s'agit de la première grande réunion internationale sur l'environnement à se tenir dans un cadre virtuel, en utilisant les six langues officielles de l'ONU en ligne, et à laquelle ont participé nos 193 États membres, ainsi que d'autres parties prenantes et partenaires. Il s'agit d'un événement marquant. À bien des égards, nous avons donc donné le ton pour 2021.

Deuxièmement, les États membres ont adopté notre nouvelle stratégie à moyen terme. Pour que le PNUE soit opérationnel, nous avions besoin que la stratégie 2022-2025 soit approuvée. Les États membres ont également adopté le budget, ainsi que le programme de travail sur les domaines thématiques sur lesquels nous allons nous concentrer.

Nous avons l'occasion d'envisager le découplage des combustibles fossiles, de faire progresser le programme "zéro carbone" et d'utiliser des sources d'énergie plus durables.

L'autre succès, si l'on considère l'année 2021, est qu'il y a un certain nombre de COP, et que l'AUE-5 a permis aux États membres de délibérer sur des contributions substantielles pour ces réunions.

D'un point de vue régional, il a été très stimulant de voir les ministres africains de l'environnement se réunir et amener l'Afrique à l'UNEA. De nombreuses réunions de consultation régionales ont eu lieu pour alimenter l'AENU. L'AENU a donc symbolisé à bien des égards le meilleur du multilatéralisme à partir de 2021, en se concentrant sur l'environnement.

Cela fait plus d'un an que la pandémie de la COVID-19 a commencé. Quel a été son impact sur l'environnement ?

Avant tout, l'aspect humanitaire de la pandémie est réel. Du côté de l'environnement, ce que le PNUE, en tant qu'organisation scientifique normative, a fait, c'est d'essayer de comprendre le lien entre le COVID-19 et l'environnement. Nous avons donc publié un rapport d'étude sur les zoonoses avec des partenaires tels que l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Les premiers résultats semblent suggérer, en s'appuyant sur les données scientifiques relatives à d'autres virus comme le SRAS et le virus Ebola, que la dégradation de l'environnement, les dommages que nous infligeons à la planète, peuvent provoquer des mutations chez les virus.

Ensuite, comme de nombreuses personnes travaillent à domicile et ne prennent plus l'avion ou ne voyagent plus autant qu'avant, et que de nombreuses voitures ne circulent plus, nous constatons dans de nombreuses régions du monde une réduction de la pollution. Par exemple, les villageois à la frontière entre le Kenya et la Tanzanie disent qu'ils peuvent maintenant voir le mont Kilimandjaro beaucoup plus clairement qu'avant.

L'autre impact est la perturbation des chaînes d'approvisionnement. Si l'on considère le secteur agricole, qui est dominant en Afrique, la capacité à transporter les denrées alimentaires a été perturbée, ce qui signifie également que les prix des aliments ont augmenté pour la majorité des gens.

En tant que PNUE, nous nous engageons fortement auprès de différents gouvernements, en essayant de plaider en faveur de mesures de relance vertes alors que les pays reconstruisent et redressent leurs économies. Comme l'a mentionné le secrétaire général des Nations unies, comment pouvons-nous mieux reconstruire ? Avons-nous la possibilité, par exemple, de créer des emplois verts dans le cadre des investissements consacrés à la relance économique, ou de construire des infrastructures plus durables, par exemple dans le secteur de la santé ?

Dans l'ensemble, les blocages de la COVID-19 ont eu un impact mitigé et diversifié - de l'humanitaire, aux émissions, mais aussi en créant des opportunités pour mieux reconstruire nos économies d'une manière plus durable.

Un rapport récent du PNUE et de l'Université d'Oxford intitulé "Are We Building Back Better ?" a révélé que les dépenses de relance n'ont pas permis de respecter les engagements pris par les pays pour reconstruire de manière plus durable et que seulement 2,5 % des dépenses totales peuvent être considérées comme "vertes", les dépenses vertes n'étant actuellement le fait que de quelques pays à revenu élevé. Quel semble être le problème ?

Ma réponse est qu'il est trop tôt pour le dire. Mais dans l'ensemble, les dépenses mondiales pour la relance verte ont été disproportionnées par rapport à l'ampleur de la crise planétaire. Si vous regardez les dépenses qui sont mises en avant, c'est beaucoup d'argent. Cependant, les dépenses consacrées à la résolution des trois crises planétaires - changement climatique, perte de biodiversité et pollution - restent minimes. Les gouvernements canalisent leurs ressources dans la réponse humanitaire à la pandémie ou dans la reconstruction de leurs infrastructures de santé. Mais nous sommes optimistes. L'Union européenne, par exemple, a mis en place des plans de relance écologiques.

Lorsqu'il s'agit d'interdire l'utilisation de sacs en plastique à usage unique, l'Afrique est en tête. Plus d'une douzaine de pays africains ont interdit l'utilisation des sacs en plastique à usage unique, ont adopté une législation à ce sujet ou sont sur le point de la finaliser.

Comment le PNUE aide-t-il les pays à se rétablir durablement ?

Ici, au PNUE, au début de la pandémie l'année dernière, nous nous sommes réunis en tant qu'équipe de direction et avons élaboré des réponses à la COVID-19 en nous concentrant sur quelques domaines. Premièrement, nous avons plaidé en faveur de mesures de relance écologiques. Deuxièmement, comprendre la science derrière le virus afin de pouvoir aider à informer les gouvernements - nous avons publié le rapport que j'ai mentionné plus tôt sur les études zoonotiques. Troisièmement, sur les déchets et la pollution. Par exemple, le gouvernement sud-africain est venu nous voir et nous a demandé une expertise technique très spécifique sur la gestion des déchets, en particulier les déchets médicaux, dans certaines des zones les plus pauvres du pays, ainsi que dans les grandes villes.

Au niveau local, le PNUE ayant son siège au Kenya, nous avons fait don d'équipements de protection individuelle (EPI) et de fournitures - des désinfectants aux savons - à certains quartiers informels, car une partie de la population n'avait pas les moyens de s'en procurer et les risques de propagation du virus étaient élevés.

Nous avons également plaidé en faveur des emplois verts. Nous constatons, par exemple, que certains des investissements de redressement destinés à la reconstruction d'infrastructures de santé résilientes pourraient également offrir des possibilités d'utiliser des matériaux durables et de créer des emplois plus écologiques. En Afrique, nous avons également aidé les 54 pays à mettre en place un programme de relance écologique pour l'Afrique.

Les échanges commerciaux dans le cadre de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) ont débuté en janvier dernier. Comment pouvons-nous concilier l'industrialisation nécessaire pour sortir des millions d'Africains de la pauvreté et la protection de notre environnement ?

Lorsque vous lisez la plupart des plans de développement des pays africains, ainsi que la Banque africaine de développement, vous constatez un profond désir d'intensifier le développement par l'industrialisation, ce qui est formidable. Nous constatons, par exemple, dans des pays comme l'Éthiopie, le Nigeria, le Kenya et l'Afrique du Sud, que le programme d'industrialisation prend de l'ampleur. Si l'on ajoute à cela l'émergence d'une classe moyenne en pleine croissance, qui consomme davantage, il y a là une opportunité d'expansion du commerce, et la ZLECAf est une bonne initiative qui arrive à point nommé.

Mais cela comporte son propre risque : comment travailler dans le cadre de la ZLECAf pour promouvoir une production et une consommation durables ? Il est prouvé dans d'autres régions du monde, et ici en Afrique, qu'une production non durable peut entraîner une dégradation de l'environnement. Par exemple, l'utilisation de combustibles fossiles pour fabriquer des produits destinés au commerce peut entraîner une pollution et affecter la santé des êtres humains. Nous avons donc la possibilité d'envisager le découplage des combustibles fossiles, de faire progresser le programme "zéro carbone" et d'utiliser des sources d'énergie plus durables. De plus, l'Afrique est bien dotée en énergie solaire, il est donc possible d'envisager des investissements dans ce domaine pour stimuler le programme d'industrialisation.

Nous avons un programme sur le commerce et l'environnement dans le cadre duquel nous travaillons avec l'Organisation mondiale du commerce (OMC), afin d'intégrer les principes environnementaux dès le départ, dans le cadre des négociations. Nous sommes très heureux que Ngozi Okonjo-Iweala ait rejoint l'OMC [en tant que directrice générale], ce qui nous permettra de passer à la vitesse supérieure.

Nous travaillons également en étroite collaboration avec les États membres de l'Union africaine (UA) dans le cadre de leurs objectifs politiques nationaux liés à l'environnement, et nous avons un programme avec le commissaire à l'environnement de l'UA pour promouvoir la défense de l'environnement dans l'accord commercial.

En ce qui concerne les données, notre département Afrique travaille avec la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique (UNECA), en examinant les données entre le commerce et l'environnement à mesure que l'Afrique continue de s'industrialiser.

Lorsque les gens commencent à commercer au-delà des frontières dans le cadre de la ZLECAf, comment peuvent-ils écologiser ce processus ?

Je vais vous donner un exemple très précis qui, à mon avis, peut être transposé à plus grande échelle. Je commencerai par un bloc commercial sous-régional, puis j'en viendrai à la ZLECAf,.

Au sein de la Communauté d'Afrique de l'Est, le Kenya a été l'un des premiers pays à interdire l'utilisation de sacs en plastique à usage unique. De l'autre côté des frontières, il y a beaucoup d'échanges commerciaux entre le Kenya, l'Ouganda, la Tanzanie, le Rwanda, etc. La plupart des aliments, y compris les fruits et d'autres produits alimentaires, qui sont vendus au Kenya proviennent de petits commerçants le long des frontières. Il était intéressant de voir comment la politique kenyane d'interdiction du plastique à usage unique a commencé à changer le comportement des petits commerçants le long des frontières. Pourquoi ? Parce qu'une amende est prévue si vous utilisez un sac en plastique, que vous apportiez des produits de Tanzanie, d'Ouganda ou d'ailleurs. Cela a favorisé et encouragé une gestion très organique de la pollution plastique, y compris le long du lac Victoria, par exemple.

Pour en revenir à la ZLECAf,, il existe des opportunités si nous pouvons nous associer, par exemple, à l'UA, à l'UNECA, à la Banque africaine de développement et à d'autres, et intégrer certaines des pratiques commerciales durables concernant les sources d'énergie, par exemple, ce qui pourrait être une bonne chose. Mais ce sont des choix difficiles car il y a des coûts de transition.

Nous reconnaissons que les États membres, après la pandémie, se concentreront sur le redressement et la stabilisation de leurs économies et sur la création d'emplois. Le défi consiste donc à ne pas relâcher la pression sur la pédale environnementale, afin que nous puissions avancer plus vite, car la science a parlé.

Le deuxième exemple concerne la consommation et la production durables dans le monde entier. Même les petits commerçants peuvent commencer à s'interroger sur les choix qu'ils font - que doivent-ils acheter et ne pas acheter ? La nourriture traditionnelle africaine, par exemple, est en fait très saine. Mais, au fur et à mesure que nous nous tournons vers les aliments transformés, elle comporte des aspects environnementaux négatifs. Alors comment pouvons-nous jouer le rôle de défenseur d'un commerce durable fondé sur certaines des traditions les plus fondamentales des sociétés africaines ?

Quels sont, selon vous, les trois défis environnementaux les plus urgents auxquels l'Afrique est confrontée aujourd'hui, et comment peut-on les atténuer ?

En raison de la pandémie en cours et de son impact sur les pays, je dirais que, d'une manière générale, l'un des défis est le manque de ressources pour la protection de l'environnement en raison d'autres priorités concurrentes et urgentes, telles que les pertes d'emploi, la perturbation de la société et la crise de la dette.

Deuxièmement, la courte durée de la phase de récupération. Comme nous l'avons vu à travers l'Afrique, il y a eu des pertes d'emplois à cause des fermetures, des pertes de capital humain, y compris des experts techniques en environnement bien formés qui ont été perdus à cause de la pandémie. Il y a donc une pression pour que la reprise soit très, très courte, à un moment où les ressources financières sont rares.

Troisièmement, il y a ce que j'appellerais des choix délibérés. Si l'on considère le suivi de l'accord de Paris sur le changement climatique, l'Afrique en tant que continent, et les pays africains, ont joué un rôle de premier plan dans l'élaboration des contributions déterminées au niveau national (CDN). À l'horizon 2021, lors de la COP 26, des appels sont lancés en faveur d'objectifs plus ambitieux en matière de changement climatique. Comment les gouvernements africains peuvent-ils agir très rapidement, en s'appuyant sur ce qu'ils ont fait en matière de CDN, tout en faisant face à la pression intérieure ? Mais ce qui me donne de l'espoir, c'est la volonté politique, et nous l'avons vu dans les CDN. Par exemple, lorsqu'il s'agit d'interdire l'utilisation de sacs en plastique à usage unique, l'Afrique est en tête. Plus d'une douzaine de pays africains ont interdit l'utilisation des sacs en plastique à usage unique, ont adopté une législation à ce sujet ou sont sur le point de la finaliser.

Vous avez parlé de l'accord de Paris sur le changement climatique. Le mois de janvier a marqué le début de la mise en œuvre, mais l'action et le financement actuels en matière de climat sont insuffisants. Qu'est-ce qui vous donne l'espoir, alors, que nous pouvons relever le défi du changement climatique ? Où, en Afrique, voyez-vous de bons exemples qui peuvent être reproduits ?

Je suis un éternel optimiste impatient par nature. Quand on travaille dans le domaine du développement et de l'environnement, il faut être optimiste. Donc, ce qui me donne de l'espoir, surtout en Afrique, ce sont les éléments suivants : Premièrement, la volonté politique et le leadership. Cette volonté et ce leadership existaient avant la conférence COVID-19, y compris pendant l'Accord de Paris, et sont démontrés par le fait que plus de 70 % des CDN donnent la priorité à des actions dans deux des secteurs les plus urgents et les plus importants pour l'Afrique : l'énergie propre et l'agriculture durable. La granularité de la planification et la détermination dont ont fait preuve les gouvernements africains à la suite de l'accord me donnent de l'espoir.

Deuxièmement, la plupart des gouvernements africains ont désormais des plans d'adaptation dans le cadre de leurs plans de développement plus larges. Les plans, c'est bien, mais l'action, c'est mieux, et c'est là que je pense que nous constatons des degrés variables de mise en œuvre. Si l'on considère la crise financière, il y aura des choix difficiles à faire. Mais je reste optimiste en raison de la volonté politique et du leadership dont les Africains ont fait preuve, et je le constate souvent avec la CMAE (Conférence ministérielle africaine des ministres de l'environnement).

Troisièmement, il y a la jeunesse. Nous travaillons en étroite collaboration avec les parties prenantes, notamment les groupes de jeunes, les groupes autochtones, les groupes de femmes, etc. Les jeunes me donnent absolument de l'espoir, de même que les dirigeants communautaires. Nous voyons, par exemple, des communautés prendre l'initiative de nettoyer les plages le long d'une partie de la côte de l'Afrique de l'Est, y compris une campagne appelée "Flip Flop" ici au Kenya, utilisant des petits bateaux arabes traditionnels pour naviguer le long de la côte afin de sensibiliser à la pollution plastique. Pourquoi ? Parce que les pêcheurs et les femmes ont remarqué que la plupart des poissons contenaient du plastique, et qu'ils s'inquiétaient de son impact sur la santé humaine, ainsi que sur leurs moyens de subsistance. Ils ont donc pris l'initiative de militer pour le maintien de la propreté des plages et des masses d'eau.

Enfin, comme vous le savez, le PNUE, dont le siège est à Nairobi, est la seule entité des Nations unies, avec ONU-Habitat, dont le siège se trouve dans le Sud. Nous nous concentrons sur l'environnement et on nous rappelle constamment non seulement les défis environnementaux auxquels les pays africains et le reste du monde sont confrontés, mais aussi, comme le dit le dicton, que la charité commence par soi-même. Nous devons donc nous demander ce que nous pouvons faire avec le CMAE. Que pouvons-nous faire avec notre pays hôte, le gouvernement du Kenya, pour faire la différence ?

Existe-t-il des exemples similaires dans d'autres pays ?

Je dirais le Rwanda, où l'on utilise la technologie dans le secteur agricole, notamment les drones, pour réduire l'utilisation de l'eau.

Nous travaillons également en étroite collaboration sur l'environnement et la sécurité dans la région du Sahel. Nous savons, grâce à des données, que les conflits sont causés par des terres fertiles limitées. C'est pourquoi, en collaboration avec d'autres entités des Nations unies, telles que la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD), nous travaillons sur un programme pour le Sahel avec l'UA afin de tenter de résoudre les problèmes d'environnement et de désertification.

Cela fait maintenant plus de trois ans et demi que vous avez rejoint le PNUE, dont huit mois en tant que directeur exécutif par intérim. Quelles sont, selon vous, vos trois principales réalisations et quels sont les défis que vous avez dû relever jusqu'à présent ?

Pour moi, la plus grande réalisation, et je fais partie d'une équipe plus grande, est l'expérience d'humilité de pouvoir servir le PNUE au moment où je l'ai rejoint. Il y a environ deux ans, le PNUE était en crise, et en tant qu'Africaine et femme africaine, venir au PNUE à ce moment précis, rejoindre une équipe et jouer un rôle dans la stabilisation de l'organisation et sa progression est une expérience que je n'oublierai jamais, et dont je suis profondément reconnaissante. Les attentes des États membres, des gouvernements africains et du monde entier étaient grandes. Le plaidoyer autour des défis environnementaux était massif, et l'organisation a dû être ajustée pour répondre aux attentes du monde entier. Je suis très reconnaissant et fier de l'équipe et de ce que nous avons réussi à faire.

Deux, je suis fier de la confiance renouvelée des États membres, y compris des donateurs, envers le PNUE, démontrée par leurs engagements politiques. Depuis mon arrivée en 2018, j'ai supervisé deux AUE - l'une en mars 2019 et la seconde, qui était virtuelle, en février 2021. Les deux étaient très spéciaux, uniques et grands à leur manière et démontrent qu'il y a une forte croyance dans le PNUE, et dans la famille multilatérale des Nations unies. Je me réjouis d'avoir participé à la nouvelle stratégie à moyen terme, au programme de travail et au budget que nos États membres ont adoptés en février, pour nous donner un mandat encore plus élevé et plus précis, axé sur les résultats, à partir de 2022.

Le PNUE aura 50 ans l'année prochaine, en 2022. C'est une période de réflexion, mais aussi d'aspiration à de plus grands sommets. Faire partie de ce voyage est donc une expérience agréable et pleine d'humilité. Ainsi, si vous parlez de la Décennie d'action, et de la manière dont nous contribuons et soutenons les États membres, non seulement pour réaliser le mandat environnemental, mais aussi les objectifs de développement durable (ODD), c'est un voyage professionnel fantastique que je suis très reconnaissant d'avoir fait.

Quels sont les défis que vous avez dû relever jusqu'à présent ?

Je pense que les défis sont liés à la nécessité d'agir très rapidement. Nous sommes conscients que les États membres, après la pandémie, se concentreront sur le redressement et la stabilisation de leurs économies et sur la création d'emplois. Le défi consiste donc à ne pas relâcher la pression sur la pédale environnementale, afin que nous puissions aller de l'avant et plus vite, car la science a parlé. Le temps presse ; le climat mondial se réchauffe à un niveau sans précédent. Il est donc extrêmement important de suivre ce rythme, tout en restant réaliste. Mais j'ai bon espoir car nous ne nous engageons pas seulement avec les ministres de l'environnement, mais nous les aidons également à s'engager avec leurs homologues, par exemple, les ministères de la planification, des finances et du commerce, afin que l'environnement devienne un programme de développement.

Deuxièmement, il faut relever le défi des objectifs de développement durable. Le Secrétaire général des Nations unies a parlé de la Décennie d'action, et nous sommes maintenant à peine à 10 ans de 2030. Cependant, je suis optimiste car dans notre nouvelle stratégie, nous avons essayé de nous concentrer sur trois crises planétaires - le changement climatique, la perte de biodiversité et la pollution - qui sont toutes absolument pertinentes en Afrique. J'ai le sentiment que nous avons la bonne stratégie pour nous aider à tenir nos promesses, et que les États membres et les donateurs investissent en nous soutenant politiquement, financièrement et autrement.

La prochaine question est de savoir comment amener tout le monde dans le système des Nations unies à contribuer à la réalisation des objectifs, car l'agenda environnemental est l'agenda de tout le monde. C'est une période passionnante.

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X