Congo-Kinshasa: Annie Matundu Mbambi - « Si nous avons l'information à la source, nous pouvons la transmettre à la base »

communiqué de presse

Comment s'organise le travail de la Force de la MONUSCO et de la Police des Nations unies à travers leur soutien aux forces nationales de sécurité et de défense dans la protection des civils ?

Annie Matundu Mbambi, présidente de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté, peut désormais répondre à cette question. Avec une cinquantaine d'autres femmes membres du réseau des femmes leaders africaines (AWLN), elle en a directement discuté avec le général Thierry Lion, commandant adjoint de la Force de la MONUSCO, ainsi qu'avec le général Mody Berethe, chef de la composante police de la Mission.

Cela s'est passé au cours de la troisième réunion du cadre régulier d'échanges entre le réseau AWLN et la MONUSCO tenue lundi 14 juin 2021 dans la salle de conférence de la MONUSCO à Utex et co-présidée par la cheffe de la MONUSCO, Bintou Keita, et la coordonnatrice du réseau AWLN, Marie-Louise Mwange.

L'échange de plus de deux heures a été très instructif, selon Mme Matundu, dont l'organisation, la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté, est très engagée dans la recherche de la paix, notamment à travers le désarmement.

« Je travaille sur le désarmement. C'est bien de savoir par exemple quels progrès sont réalisés par la MONUSCO et les FARDC dans les territoires où sont présents les groupes armés. Ensuite, au niveau de la base, nous pouvons être des intermédiaires pour expliquer le travail de la MONUSCO en RDC », explique-t-elle.

Et d'ajouter : « Si, nous-mêmes nous avons l'information auprès des personnes qui mènent ces activités, auprès de la représentante spéciale, des officiers supérieurs qui mènent ces opérations et que nous apprenons comment ils travaillent, nous allons jouer les intermédiaires et sensibiliser la population ».

Au cours de cette réunion, la cheffe de la MONUSCO a encouragé les participantes à apporter leur contribution, en termes de propositions concrètes, au travail de la MONUSCO mais aussi à celui du gouvernement congolais pour la paix en RDC.

Une prochaine réunion a été programmée dans ce sens dans une quinzaine de jours, autour notamment du thème de la transition qui doit aboutir, en RDC, au retrait de la Mission de l'ONU.

Le cadre régulier d'échange entre la MONUSCO et l'AWLN permet au leadership de la Mission de maintenir une concertation permanente avec les femmes leaders, en tant qu'actrices pour la paix, mais aussi des intermédiaires entre la MONUSCO et la population congolaise.

Le réseau AWLN, lancé en 2017 sous l'égide de la Commission de l'Union africaine et de l'Organisation des Nations Unies (ONU), a pour ambition de créer dans l'ensemble du continent une force de femmes dirigeantes qui contribuent à la transformation de l'Afrique, à travers celle de leurs pays respectifs.

Plus de: Monusco

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X