Cameroun: Farine de blé - Les prix ont encore gonflé

Le sac de 50 Kg, oscille désormais entre 20.000 F et 20.500 F (contre 19 000 F) selon la gamme, dans les marchés de la ville. Une situation influencée par le cours du prix du blé à l'international.

La sortie de l'auberge pour les acteurs de la filière farine n'est pas pour demain. Après l'augmentation survenue en mars sur le prix de ce produit permettant de fabriquer le pain, l'un des produits les plus consommés par les Camerounais, une nouvelle hausse est en vigueur depuis le début de ce mois en cours. Au marché Mvog-Mbi à Yaoundé, les commerçants ne souhaitent plus vraiment se prononcer sur la question, parce qu'ils disent subir cette situation.

« Pourquoi on ne produit pas nous-mêmes ces produits surplace ?», s'interroge un commerçant pointant du doigt un sac de farine de 50 kg où il est inscrit 20.000F. C'est en effet le prix de cette denrée depuis quelques jours. « On est passé de 19.000 F à 20.000 F, parce que chez notre grossiste aussi, le prix a augmenté. Sur ce sac que je vends à 20.000 F, mon bénéfice n'est que de 250F», confie ce commerçant.

Il en est ainsi dans presque toutes les boutiques qui commercialisent ce produit. En effet, une hausse moyenne de 800 F à 1.000 F s'est opérée sur le prix du sac de 50 kilogramme. Le prix du kilogramme est de 450 ou 500 F selon la gamme souhaitée, parfois 425 F. Mais, personne ne le vend plus à 350 F comme il y a quelques mois. «

La farine de blé a effectivement connu une deuxième hausse par rapport à la planification prévue par le ministère du Commerce et les minotiers. Donc on a une augmentation de 2.000 F sur le sac depuis le mois de mars», explique un grossiste. Cela fait partie des accords passés avec les acteurs au cours d'une réunion en mars dernier, confirme Barbara Elemva Amana, chef de la Brigade nationale des contrôles et de la répression des fraudes au Mincommerce. Comme résolutions de cette rencontre avec le ministre du Commerce, « une augmentation prévue en deux phases. 1000 F et une autre en mai de 1000 F en mai.

Mais en mai, nous leur avons demandé de surseoir dans la mesure où les utilisateurs de ce produit, notamment les boulangers et surtout les opérateurs de la chaîne de distribution du pain appréhendaient mal cette augmentation. Mais entretemps, il y a eu des discussions avec eux. En juin, les meuniers sont passés à la deuxième augmentation ». Les prix en ce moment donc, que ce soit entrée de gamme, moyen de gamme ou haut de gamme varient entre 18500 et 20500 F, bien loin du prix homologué qui est de 17500 F.

Sur les perspectives à l'international, mieux vaut rester sur ses gardes. « De façon générale, les opérateurs tablent sur une inflexion des coûts d'approvisionnement dans les différentes filières d'ici novembre, si les tendances actuelles sont maintenues. Pour le moment, la plupart sont prudents », rajoute Barbara Elemva Amana. Analyse partagée par Christoph Essouga, responsable de production à Calafatas. « Le prix du blé n'est plus au même cours. Il y a eu une décrue et les perspectives, d'après les analyses, sont à la baisse. Nous osons croire que comme le prix de la tonne a baissé, d'ici septembre, la farine va revenir à un prix normal», explique-t-il. On assisterait alors à l'épilogue d'une situation démarrée en février et les acteurs pourront souffler.

Plus de: Cameroon Tribune

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X