Maroc: Le geste Royal envers les Marocains du monde

Retrouver l'air du pays dans les meilleures conditions

Royal Air Maroc a mis en place une offre spéciale à des prix abordables pour le plus grand bonheur des Marocains résidant à l'étranger. Plus de 3 millions de sièges dont 600.000 en affrètement seront réservés à cette opération qui s'étalera du 15 juin au 30 septembre, uniquement dans le cadre d'un vol aller-retour. En détail, une famille de quatre personnes souhaitant rallier le Maroc en provenance d'un pays européen devra s'acquitter d'un total de 388 euros, toutes taxes comprises, soit 97 euros par personne, en classe économique bien évidemment. Si la famille est composée de trois personnes, le prix augmente quelque peu à hauteur de 120 euros l'unité, 500 euros pour les MRE en provenance du continent américain, 240 euros pour ceux de la Turquie ou de la Russie. S'agissant de la Tunisie, le prix est de 120 euros, 30 euros de moins qu'un vol arrivant d'Egypte.

En revanche, si vous venez seul ou accompagné d'une personne, il vous faudra débourser 150 euros (Europe), 600 euros (Amérique), 300 euros (Afrique, Turquie, Russie), 150 euros pour les MRE arrivant de Tunisie et 200 euros pour ceux d'Egypte. Autre élément important, les voyageurs sont dans l'obligation de payer leurs billets au comptant, sans possibilité d'utiliser des avoirs antérieurs. A souligner également que ces billets ne sont pas remboursables et encore moins échangeables. Au premier jour de cette opération, 120.000 réservations ont été enregistrées. Pour ce qui est des conditions d'accès au territoire national, elles seront vérifiées au moment de l'embarquement. Justement, ces conditions ont récemment été mises à jour. En effet, les MRE en provenance d'un pays de la liste

A ne sont plus dans l'obligation de présenter un test PCR, comme annoncé la semaine dernière par le ministère des Affaires étrangères. Désormais, il leur suffira de présenter un pass vaccinal ou un certificat de vaccination, même dans le cas du vaccin Johnson & Johnson. En l'absence d'un certificat de vaccination ou d'un pass vaccinal, un test PCR de moins de 48 heures est exigé. En outre, une fiche sanitaire du passager, téléchargeable en ligne et distribuée à bord de l'avion ou du navire, doit être dûment renseignée par les voyageurs. Cette dernière comporte plusieurs informations comme l'adresse du passager, ses numéros de téléphones pour le localiser en cas de besoin lors des jours qui suivent son entrée sur le sol marocain. Un document qui ne sera pas demandé aux passagers de la liste B. Au même titre que l'autorisation exceptionnelle accordée par les services consulaires. Et pour cause, le ministère des Affaires étrangères a annoncé que ce document préalable à l'accès au territoire national des citoyens marocains en provenance de pays de la liste B, n'est plus exigé. En revanche, l'isolement de 10 jours l'est toujours, et à la charge du voyageur, dans des structures hôtelières dédiées, tout comme un test PCR négatif à l'embarquement, datant de 48 heures. Pour rappel, la reprise des vols internationaux à destination du Maroc a été annoncée pour aujourd'hui. Dans la lignée de l'allégement des restrictions sanitaires entrepris par l'Exécutif, dont la réduction des horaires du couvre-feu nocturne et la réouverture des lieux culturels, le gouvernement avait décidé en début de semaine dernière de rouvrir de manière «progressive» les frontières aériennes. Après des mois de suspension avec une cinquantaine de pays, l'amélioration de la situation épidémiologique dans le Royaume et à travers le monde, ainsi que l'avancement des campagnes de vaccination, ne sont pas étrangers à cet état de fait. Une nouvelle accueillie avec enthousiasme par les professionnels du secteur touristique, mais aussi et surtout par les Marocains résidant à l'étranger dont certains n'ont plus revu leurs familles, ni mis les pieds sur le sol national depuis plusieurs mois.

Les pays de la liste B

Afghanistan, Mali, Algérie, Mauritanie, Angola, Mexique, Argentine, Namibie, Bahreïn, Népal, Bangladesh, Nicaragua, Bénin, Niger, Bolivia, Oman, Botswana, Ouganda, Brésil, Pakistan, Cambodge, Panama, Cameroun, Paraguay, Cap-Vert, Pérou, Chili, Qatar, Colombie, République centrafricaine, Congo, République Démocratique Populaire de Corée (Nord), Congo (RDC), Seychelles, Cuba, Sierra Leone, Emirats Arabes Unis, Somalie, Eswatini, Soudan, Guatemala, Afrique du Sud, Haïti, Sri Lanka, Honduras, Sud Soudan, Inde, Syrie, Indonésie, Tanzanie, Iran, Tchad, Irak, Thaïlande, Jamaïque, Togo, Kazakhstan, Ukraine, Kenya, Uruguay, Kuwaït, Venezuela, Lesotho, Vietnam, Lettonie, Yémen, Liberia, Zambie, Lituanie, Zimbabwe, Madagascar, Malaisie, Malawi, Maldive.

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X