Ile Maurice: Conseil de district de Grand-Port - Des conseillers pro-PTr déjouent une manoeuvre de déstabilisation du MSM

Les manœuvres déstabilisatrices n'en finissent pas au sein du conseil de district de Grand-Port. Non satisfait qu'un conseiller proche du Parti travailliste (PTr), Rajeev Kumar Jangi, ait été élu président de ce conseil de district en décembre dernier, des ministres et députés des circonscriptions de Mahébourg-Plaine-Magnien (n°12) et de Rose-Belle-Vieux Grand Port (n°11) ont tenté, par tous les moyens, de le mettre en minorité et du coup, de l'obliger à démissionner. Mais la tentative de ces élus a été déjouée par des conseillers proches du PTr.

Le conseil de district de Grand-Port est un des rares conseils que le Mouvement socialiste militant (MSM) ne contrôle pas. Toutefois, une semaine après les élections, Rajeev Kumar Jangi a été présenté au Premier ministre et il a donné l'assurance à Pravind Jugnauth qu'il n'avait aucun problème à travailler avec le gouvernement du jour. Sauf que malgré cette rencontre, certains ministres et députés ne veulent toujours pas de lui à la présidence de ce conseil.

Ils ont donc essayé de le déstabiliser. Selon la Local Government Act, une motion de blâme ne peut être présentée contre un président que dans les six mois suivant son élection. Ainsi, le 2 juin, cela a fait six mois que Rajeev Kumar Jangi est en poste. Certains ministres et députés ont commencé par mener une campagne en faveur d'un proche du MSM, en l'occurrence Yaugeeraj Meetoo, élu du village de Mare-d'Albert afin que celui-ci remplace Rajeev Jangi. Ces ministres et députés ont ensuite réuni des conseillers pour faire du lobbying et ainsi s'assurer d'avoir la majorité pour mettre l'actuel président en minorité et faire élire Yaugeeraj Meetoo à sa place.

Mais ayant appris le stratagème, des conseillers proches du PTr ont pris les devants, celui de Trois-Boutiques, Ritesh Gopy, qui est un rouge, décidant de loger une motion de blâme contre Rajeev Jangi, rien que pour prendre de court les conseillers pro-MSM.

Ainsi, lors de la séance du vendredi 11 juin, Ritesh Gopy a fait mine de présenter sa motion. Un autre conseiller a immédiatement réagi et fait une contreproposition pour réitérer sa confiance en Rajeev Kumar Jangi. Ce qui a obligé les conseillers à passer au vote. Avec pour résultat que 18 des 28 conseillers ont voté en faveur du président Jangi. Huit d'entre eux ont refusé de se prononcer. Et deux conseillers ont brillé par leur absence. Après ce vote, il est clair que Rajeev Kumar Jangi restera président pour encore un an et demi. Car au cours d'un mandat de deux ans, une seule motion de blâme peut être présentée contre un président.

Interrogé, Rajeev Kumar Jangi confirme qu'il a rencontré le Premier ministre au début de son mandat pour lui dire qu'il travaillerait avec le gouvernement du jour, mais que des ministres et des députés des circonscriptions 11 et 12 ont, à plusieurs reprises, tenté de lui mettre des bâtons dans les roues et de l'empêcher de faire son travail. «Je reste président. Lors de mon élection en décembre, il y avait 16 conseillers qui ont voté pour moi, et maintenant, il y a eu 18 qui me font confiance. C'est avec une plus grande détermination que je continuerai à travailler pour les 24 villages tombant sous le conseil de district», a-t-il indiqué.

Plus de: L'Express

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X