Afrique: Cycle des conférences sur l'Afrique 2021 - La culture a un réel pouvoir de déclenchement du développement

ADS 2021 a célébré l'identité et la culture du continent, discuté des défis et des opportunités.

"Je veux que mes enfants vivent dans un monde où l'Afrique est représentée et où les histoires africaines sont racontées par des Africains, et non un récit élaboré par quelqu'un d'autre qui ne sait pas ce qui se passe sur le continent", déclare Elizabeth Kperrun-Eremie, une innovatrice du Nigeria.

Grâce à ces activités, nous avons encouragé le débat sur la culture, étant entendu que la culture va au-delà des démonstrations artistiques et implique un profond sentiment d'appartenance à une communauté, qui est prête à s'approprier son propre développement. C'est là le véritable pouvoir de la culture en tant que déclencheur du développement durable.

La prise de conscience du fait que les langues africaines sont en train de mourir et que la prochaine génération d'Africains pourrait grandir sans pouvoir parler les langues indigènes et sans connaître leur culture, ainsi que le désir de préserver les langues locales, l'ont poussée à créer Tesem, une application téléphonique interactive qui apprend aux enfants des mots en anglais et dans certaines langues indigènes africaines.

Lors d'une conversation avec des innovateurs africains au cours de la récente conférence Africa Dialogue Series (ADS) 2021, Mme Kperrun-Eremie, qui avait déjà créé une application de contes populaires, a déclaré que Tesem était sa contribution à la préservation de la culture par la technologie.

L'application a été bien accueillie tant en Afrique que dans la diaspora, répondant ainsi à la demande croissante de ce type de produits.

La conversation était l'une des nombreuses activités organisées lors de la quatrième édition de l'ADS, qui s'est tenue en mai sur le thème "Identité et propriété culturelles : remodeler les mentalités". Le thème était tiré du thème de l'Union africaine (UA) pour 2021, "Arts, culture et patrimoine : Leviers pour construire l'Afrique que nous voulons".

Les deux thèmes sont ancrés dans l'aspiration 5 de l'Agenda 2063 de l'UA, qui envisage une Afrique dotée d'une forte identité culturelle, d'un patrimoine commun, de valeurs partagées et d'une éthique.

Pour contribuer à faire évoluer les mentalités et à changer le discours sur le continent, l'ADS a présenté quotidiennement, tout au long du mois de mai, le patrimoine culturel riche et diversifié du continent. Les activités de l'ADS de cette année, vastes et inclusives, ont permis d'accroître la participation d'un échantillon représentatif de la population aux discussions sur le continent. Elles ont permis de célébrer l'identité, la culture, l'histoire et les réalisations du continent, et de réunir les principales parties prenantes pour discuter des défis et des opportunités pour l'Afrique. Les conversations, qui ont eu lieu au cours des trois premières semaines de mai, ont alimenté le forum de politique publique de trois jours, du 26 au 28 mai, organisé autour de réunions plénières au niveau politique, contribuant ainsi à influencer les politiques.

Les activités virtuelles comprenaient des expositions d'art et d'innovation, des conversations avec des universitaires et des experts, des artistes, des cinéastes et des jeunes parmi beaucoup d'autres, de la musique et des documentaires sur l'histoire de l'Afrique, le tout reflétant le riche patrimoine culturel et la diversité de l'Afrique. Des militants, des anthropologues, des archéologues, des architectes, des membres de la société civile, des économistes, des éducateurs, des historiens, des innovateurs, des professionnels des médias, des chercheurs et des décideurs politiques, entre autres, ont partagé leurs connaissances et leurs idées pour accélérer le développement de l'Afrique.

Le rôle du cinéma dans la promotion de l'identité culturelle, l'utilisation de la culture pour des innovations qui répondent aux défis émergents, le pouvoir des musées pour favoriser l'unité et la cohésion sociale, le rôle de l'art dans la consolidation de la paix, la contribution des industries culturelles et créatives à la croissance économique et la valeur des connaissances indigènes dans la résolution des problèmes modernes, figuraient parmi le large éventail de sujets abordés.

Je veux que mes enfants vivent dans un monde où l'Afrique est représentée, où les histoires africaines sont racontées par des Africains, et non pas dans un récit élaboré par quelqu'un d'autre, qui ne sait pas ce qui se passe sur le continent.

"Grâce à ces activités, nous avons encouragé le débat sur la culture, étant entendu que la culture va au-delà des démonstrations artistiques et implique un profond sentiment d'appartenance à une communauté qui est prête à s'approprier son propre développement. C'est le véritable pouvoir de la culture en tant que déclencheur du développement durable", a déclaré Mme Cristina Duarte, Secrétaire générale adjointe et Conseillère spéciale pour l'Afrique.

Mme Fatima Kyari Mohammed, observatrice permanente et chef de mission de l'Union africaine auprès de l'ONU, a ajouté que la compréhension de la manière dont la culture et les traditions ont aidé les populations africaines à survivre et à s'adapter pendant des générations dans le passé pourrait être la clé du développement de politiques durables pour atténuer les défis futurs et accélérer le développement.

M. Issimail Chanfi, représentant permanent des Comores auprès des Nations unies et président du Groupe africain pour le mois de mai, a souligné l'importance de modifier les mentalités et de changer les perceptions afin que l'Afrique cesse d'être considérée comme un continent ayant besoin d'aide et soit perçue comme un acteur égal sur la scène mondiale.

"Le passé et le présent de l'Afrique regorgent de réussites, comme on a pu le constater lors de l'ADS", a-t-il déclaré, notant que de grandes civilisations sont nées sur le continent sans l'aide d'acteurs extérieurs. Il a ajouté que des projets ambitieux comme l'Accord de libre-échange continental africain (ZLECAf) sont en cours, ce qui indique que les pays africains sont prêts à mener une nouvelle approche du développement, mais pour y parvenir, ils ont besoin de partenaires engagés qui respectent le rôle de l'Afrique en tant qu'acteur mondial et veillent à ce que les inégalités passées ne soient pas utilisées pour maintenir un déséquilibre mondial.

"Certes, la culture évoque des traditions ancestrales, un lien avec notre fier passé et notre puissant sentiment d'identité aujourd'hui, mais elle nous fournit également des pistes pour tracer notre avenir, un avenir prospère et pacifique", a déclaré le professeur Eddy Maloka, directeur général du Mécanisme africain d'évaluation par les pairs.

"La culture peut et doit jouer un rôle pour aider l'Afrique à réécrire son récit et ses aspirations en matière de développement, notamment celles de l'Agenda 2063 et des objectifs de développement durable (ODD)", a-t-il souligné.

L'ADS a permis d'amplifier les voix des experts africains, d'exposer le monde à des faits inconnus et à des histoires inédites sur le patrimoine culturel, l'histoire et la base de connaissances du continent, et de créer un riche répertoire d'informations sur l'Afrique pouvant servir de référence au-delà de l'événement de plusieurs semaines.

"Au cours de ce mois de l'ADS, nous avons constaté qu'un nouveau récit est en effet possible, si seulement nous donnons la parole aux experts africains", a déclaré M. Chanfi.

L'ADS annuel est l'événement phare du Bureau du conseiller spécial pour l'Afrique (OSAA). Il offre une plateforme pour défendre l'Afrique et ses défis en matière de développement. Il vise également à créer un nouveau récit qui reflète la vision de l'Afrique telle qu'elle est inscrite dans l'Agenda 2030 pour le développement durable et l'Agenda 2063 de l'UA.

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X