Afrique de l'Ouest: Les Béninois sont réticents à se faire vacciner

Le Bénin a entamé l'administration de la seconde dose de la vaccination contre le coronavirus. C'est le ministre de la santé qui a présidé au lancement officiel de la campagne de vaccination. Mais sur le terrain on n'arrive toujours pas à convaincre le grand public des sceptiques.

Comme à la première dose, c'est le ministre de la santé Benjamin Hounkpatin qui a donné le top de la campagne nationale de vaccination en se faisant administrer sa dose de vaccin, comme plusieurs autres ministres. Pour Benjamin Hounkpatin, "il n'y a aucun risque à se faire vacciner contre le coronavirus".

"Je viens de prendre ma deuxième dose et je suis encore bien encore en vie, bien portant. Je voudrais demander à la population de laisser de côté la peur suscitée par les informations reçues ça et là afin de sortir massivement se faire vacciner. C'est important pour vaincre la maladie et il faut obligatoirement les deux doses", a-t-il déclaré.

Au total, 78 centres de vaccination sont prêts pour recevoir les personnes cibles. Il s'agit en première ligne des agents de santé, des personnes âgées de plus de 60 ans et des personnes vivant avec des maladies chroniques comme le diabète, l'asthme, l'hypertension artérielle, la drépanocytose, entre autres.

Lors du lancement de la deuxième dose de la vaccination, le docteur Mamoudou Harouna Djingarey, représentant résident de l'OMS au Bénin, a appelé les Béninois à se faire vacciner massivement. Il a souligné que "l'OMS n'a pas encore reçu des informations sur des cas d'effets secondaires mortels".

Djanabou Mahondé, représentante de l'Unicef au Bénin, a pris sa dose et s'est adressée aux parents qui par crainte qu'on administre à leurs enfants le vaccin, les empêchent d'être vaccinés contre la poliomyélite, craignant une supercherie. Pour la représentante de l'Unicef, "les parents ont le devoir de sauvegarder l'avenir de leurs enfants".

Le gouvernement béninois a officiellement lancé la campagne de vaccination contre la Covid-19 à Cotonou avec 144.000 doses d'une première livraison dans le cadre du mécanisme Covax, avant de recevoir en mai dernier d'autres doses qui lui ont permis d'étendre la campagne à tous les béninois qui répondent aux critères.

Mais au sein de la population, beaucoup sont méfiants et préfèrent se passer de la vaccination même si elle est gratuite. "Je ne compte pas me faire vacciner. je préfère être prudent. Pour moi, les conséquences minimes signifient que le risque est bien présent. Il ne faut pas s'amuser avec certaines choses", explique ce Béninois.

La vaccination contre le Covid-19 au Bénin, c'est le choix entre les vaccins des laboratoires Astrazeneca et Sinovac. Elle est ouverte à toute personne âgée de 18 ans.

A La Une: Afrique de l'Ouest

Plus de: VOA

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X