Sénégal: Comment va évoluer le conflit larvé en Casamance?

La Casamance est confrontée depuis près de 40 ans par le mouvement indépendantiste MFDC. Mais depuis le début de l'année, l'armée a donné un coup d'accélérateur à ses opérations militaires, en reprenant les positions historiques du MFDC près de la frontière avec la Guinée-Bissau. Objectif affiché : « restaurer entièrement l'autorité de l'État. » Un nouveau rapport de force, alors que la rébellion apparaît aujourd'hui vieillissante et divisée.

Au milieu des pommiers-cajou, Yaya Bodian est ému de revoir son ancien village de Bouniack, repris par l'armée. « Bouniack, c'est le village où j'ai fait mes premiers pas, où j'étais à l'école, dans les années 1990. Cela me donne les larmes aux yeux, la chair de poule de revoir les terres que mes parents et moi avons abandonnées il y a 30 ans. »

L'armée sénégalaise s'est donnée les moyens d'en finir avec l'outil militaire du MFDC : achat d'avions anti-guérilla en Corée du Sud, utilisation de drones d'observation, véhicules blindés résistant aux mines, commandos rodés aux actions en forêt, coordination tactique avec le voisin bissau-guinéen... Depuis janvier, les positions MFDC sont tombées une à une le long de la frontière. « Aujourd'hui, les conditions que vous voyez ici sont créées pour le retour des populations dans leurs terres », assure le lieutenant-colonel Mathieu Diogoye Sène.

Mais le retour à la vie normale ne sera pas si simple : la zone reste truffée de mines. Et des questions sont en suspens : quelle sera la réaction des éléments MFDC, aujourd'hui éparpillés dans la nature ? Quid des négociations avec la branche de Salif Sadio, au nord de la Casamance ? La nouvelle donne sécuritaire permettra-t-elle de développer cette région enclavée ?

Rendez-vous important : le lancement des travaux du grand projet de zone de transformation agro-industrielle, l'Agropole Sud, annoncés avant la fin de l'année.

A La Une: Sénégal

Plus de: RFI

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X