Madagascar: Maninday Toliara - Les étudiants de l'université se révoltent

Affrontements violents entre les forces de l'ordre et les étudiants de l'université de Toliara hier. Dix-huit étudiants ont été appréhendés.

Des bombes lacrymogènes ont retenti de bon matin. Les étudiants sont descendus dans les rues de Toliara dès 7h du matin. D'abord devant les locaux du bureau de l'université au Jardin de la mer, au niveau de stationnement de Sanfily et devant le campus de Maninday. La stratégie a été de désordonner les forces de l'ordre qui quadrillaient plutôt du côté du bureau de l'université alors que ceux de Maninday et de Sanfily avançaient également vers Bazar be pour constituer un point de rencontre en pleine ville.

Des bombes lacrymogènes ont été lancées au niveau du bureau de la Poste et le magasin Score pour repousser les étudiants qui portaient des banderoles de revendication de paiement des bourses de cinq mois. « Nous avons suivi le processus normal de demande d'explications et avons déposé un ultimatum de 72 heures la semaine dernière. Nous avons décidé de nous manifester dans la rue, pour que l'on puisse nous entendre et nous considérer mieux » explique Noelson, étudiant en troisième année.

Tous les étudiants depuis la première année, jusqu'à la quatrième année, réunis au sein de la Fédération des associations des étudiants de l'université de Toliara revendiquent le paiement de leurs cinq mois de bourses vu qu'ils n'ont obtenu que la bourse d'un mois à part l' équipement obtenu au mois de mars. Un appui suite à une forte mobilisation dans la rue ayant entraîné des casses de magasins au niveau de Tanambao et d'Ankilifaly le 27 février dernier.

Intermédiaires

Ils demandent également l'arrêté de validation des diplômes de master qui attend les décisions de la Commission nationale d'habilitation. L'université répond qu'un mois de bourse allait être payé cette semaine et que la validation de l'habilitation est entre les mains de la Commission nationale d'habilitation.

« Nous n'acceptons pas de recevoir un mois de bourse car l'année universitaire 2019-2020 touchera à sa fin le 30 juin prochain. Ce qui veut dire que nous allons perdre les quatre mois restants que nous sommes en droit de toucher » explique Justin Bruto, vice-président de la Fédération des associations des étudiants de l'université de Maninday.

Hier, dix-huit étudiants ont été appréhendés par les forces de l'ordre, un étudiant blessé et quatre éléments des forces de l'ordre, également touchés par les jets de pierre émanant des étudiants. Une réunion élargie de l'Organe mixte de conception (OMC) a vu la participation des notables des dix-huit ethnies regroupées à Toliara.

Ces derniers ont intercédé la libération des dix huit étudiants retenus au poste de police. Apres la négociation des notables auprès des représentants du ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, deux mois de bourse sont promis être payés d'ici la fin du mois.

Tard dans la nuit, ces propositions n'ont pas encore été avancées aux étudiants qui disent ne plus vouloir négocier avec les autorités locales, mais en « haut lieu », le président de la République, le Premier ministre ou la ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Ce département, dans un communiqué envoyé dans l'après-midi, souligne que quatre mois de bourses ont déjà été payés, la validation de huit diplômes a été entamée et le reste d'ici la fin du mois de juillet.

Le wifi est indiqué être disponible au campus mais seulement à la bibliothèque de l'École normale supérieure (ENS). De nouvelles latrines sont également disponibles, et des « négociations » se trament pour la finalisation du bâtiment R+3, destiné au logement des étudiants. Le ministère rappelle que l'année universitaire prendra fin dans un mois et demi et que la tenue d'une grève ne permettrait pas de la finir. Mais les étudiants comptent encore continuer de plus belle, ce jour.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X