Madagascar: Télécommunication - Bras de fer entre le GTM et l'ARTEC

La situation devient de plus en plus tendue entre les opérateurs membres du Groupement des télécommunications de Madagascar (GTM) et l'Agence de régulation des télécommunications (ARTEC).

Des échanges de tirs par courrier interposé, des interventions médiatisées, tous les coups sont permis pour mettre à jour un malaise latent. À travers un énième courrier adressé à l'autorité de régulation, les opérateurs enfoncent le clou et dénoncent encore une fois l'inertie totale du régulateur et le blocage délibéré du ministère de tutelle. « En refusant de traiter les problèmes de fonds inhérents au secteur, l'ARTEC continue à induire en erreur la perception des dirigeants », fait savoir le groupement des opérateurs.

La polémique sur les chiffres publiés sur la situation de la couverture géographique reste également un sujet de discorde entre les deux structures. « L'ARTEC est la seule en mesure de procéder aux vérifications y relatives et nous regrettons que les chiffres officiels ainsi publiés ne soient pas actualisés régulièrement », déplorent les opérateurs. « Dans l'intérêt du secteur, nous espérons une transparence et une réelle régulation équitable et non-discriminatoire de tous les opérateurs », martèlent encore les membres fondateurs du GTM. Ils font ainsi référence à la non-attribution aux opérateurs de la fréquence requise pou r le déploiement du 4G rurale.

Problèmes et blocages

Et contre toute attente, ce sont finalement les opérateurs qui attendent le plus des investigations de la commission d'enquête parlementaire. « Nous espérons que la mise en place de cette enquête parlementaire mettra la lumière sur la gestion actuelle du secteur par l'autorité de régulation et les autorités de tutelle », affirment-ils.

Et pour conclure, les opérateurs avancent sur la nécessité d'une rencontre avec les autorités étatiques en vue d'identifier des issues aux problèmes et blocages actuels dans l'intérêt du secteur et de la population et afin de mieux informer les parlementaires. Affaire à suivre.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X