Congo-Brazzaville: Dans le bon sens

Même s'il est encore trop tôt pour dire que le début de ce nouveau quinquennat sera marqué par des gestes forts dans le cadre des engagements pris par le candidat-président tout au long de la campagne électorale, l'on peut écrire sans l'ombre d'un doute que tout se met en place au niveau du gouvernement pour concrétiser sans délai ses promesses.

En témoigne le fait que le Premier ministre a installé un dispositif d'évaluation de l'activité des ministres dont nous avons rendu compte dans le numéro de ce quotidien paru hier et qui permettra de juger concrètement l'engagement de chaque membre du gouvernement.

Allant dans le bon sens, c'est-à-dire permettant au chef du gouvernement d'évaluer de façon objective l'action de chacune et de chacun, cette analyse trimestrielle sera d'autant plus efficace qu'elle permettra aux élus du peuple congolais, sénateurs et députés, d'avoir une idée juste, précise, concrète, de la gouvernance publique. Et donc d'influer eux aussi sur l'action des différents ministères en fondant leur avis sur des bases précises, indiscutables.

Avant même de s'être vu confier par le chef de l'Etat les rênes du premier gouvernement de ce quinquennat, Anatole Collinet Makosso avait dit de façon claire qu'il serait indispensable de contrôler en continu l'action des équipes ministérielles à venir. Un contrôle d'autant plus nécessaire que, d'une part, les attentes de la société civile sont grandes en raison, des difficultés présentes et que, d'autre part, les douze mois à venir seront marqués par la préparation de la campagne pour les élections législatives et locales dont dépendra au final le sort de la majorité présidentielle.

Précisons, pour conclure ce propos, que l'état-major du PCT, dirigé par Pierre Moussa, observera lui aussi avec la plus grande attention le travail que chaque membre du gouvernement accomplira dans les mois à venir et qu'il n'hésitera pas à taper, comme on dit, du poing sur la table afin d'aider le Premier ministre dans sa mission de dynamisation des affaires publiques. L'enjeu est, en effet, vital pour le parti présidentiel même si, pour l'instant, l'opposition demeure divisée et donc incapable de sortir vainqueur des scrutins à venir.

Simple question de bon sens n'est-il pas vrai ?

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X