Ile Maurice: Session virtuelle - Exploiter les perspectives commerciales entre Maurice et l'Inde

communiqué de presse

L'interaction continue au sein de la communauté des affaires de nos pays est essentielle pour exploiter les avantages commerciaux, particulièrement dans le contexte du Comprehensive Economic Cooperation and Partnership Agreement (CECPA).

Le ministre du Transport routier et du Métro léger, ministre des Affaires étrangères, de l'Intégration régionale et du Commerce international, M. Alan Ganoo, a fait cette déclaration aujourd'hui, lors d'une session interactive virtuelle avec la PHD Chamber of Commerce and Industry de l'Inde.

Lors de son intervention, le ministre a souligné que Maurice et l'Inde partagent une relation spéciale basée sur des liens de parenté, de profondes affinités historiques et culturelles ainsi que des valeurs et des intérêts communs.

En outre, le ministre a déclaré que l'Inde a toujours soutenu le progrès de Maurice et a entrepris plusieurs projets de développement à travers l'île. Il a rappelé que le taux des investissements directs étrangers en provenance de l'Inde au cours des cinq dernières années s'élève à plus de 50 millions de dollars. Le chiffre pour les travailleurs indiens à Maurice se situe à plus de 7 800, dont 966 professionnels en 2020, a-t-il dit. Alors que le pays compte sur les investissements de quelque 64 entreprises indiennes dans plusieurs secteurs dont la santé, l'éducation, les TIC, le port franc et les services financiers.

En ce qui concerne le CECPA, le ministre a souligné que les opportunités existantes peuvent être considérablement augmentées si les avantages du CECPA, qui est entré en vigueur le 1er avril, sont pleinement appliqués. Le CECPA améliore l'accès de l'Inde au marché mauricien en éliminant les restrictions douanières sur les marchandises et en supprimant les obstacles réglementaires dans le secteur des services, a-t-il ajouté.

Le CECPA profite également aux importateurs indiens en raison de la possibilité de s'approvisionner, à des taux préférentiels, en quelque 600 produits en provenance de Maurice, allant du sucre spécial, du thon, du rhum de haute qualité, de la bière, du vin de fruits, des vêtements, des fruits tropicaux, des pâtes et des appareils médicaux.

Le ministre a souligné que le CECPA ne couvre pas seulement le commerce des biens mais offre également une plateforme pour développer le commerce bilatéral des services entre Maurice et l'Inde, notamment dans des secteurs clés tels que les services professionnels, les services d'architecture, l'ingénierie, l'éducation, les services audiovisuels et le transport (services logistiques).

Le ministre a également déclaré qu'il y a un intérêt croissant parmi les entreprises indiennes pour accéder aux opportunités sur le continent africain et cela peut être fait en se servant de Maurice comme passerelle. L'accord de libre-échange continental africain, qui est entré en vigueur le 1er janvier 2021, ouvre des possibilités de commerce et d'investissement sur un marché beaucoup plus vaste de 1,3 milliard de consommateurs, a-t-il rappelé.

M. Ganoo a indiqué que Maurice est l'un des meilleurs endroits pour investir en Afrique, car le pays améliore l'environnement des affaires afin de faciliter l'incorporation et l'établissement de sociétés étrangères à Maurice. Maurice, a-t-il souligné, se positionne 13e sur 190 pays dans le classement Ease of Doing Business de la Banque mondiale en 2020 et se classe premier en Afrique.

Le ministre Ganoo a également rappelé que le gouvernement a lancé le développement de zones économiques spéciales dans certains pays comme le Ghana, le Sénégal et Madagascar. Les investisseurs intéressés peuvent investir dans ces zones, seuls ou en partenariat avec des investisseurs mauriciens, dans un éventail d'activités, a-t-il conclu.

Plus de: Government of Mauritius

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X