Maroc: ONU - L'ouverture de consulats au Sahara conforte le choix stratégique du Maroc (Vice-président de la région Laâyoune-Sakia El Hamra)

Nations — L'inauguration de 22 consulats au Sahara marocain représente un acte diplomatique souverain qui conforte le choix stratégique que le Maroc a fait en mettant sur la table le plan d'autonomie, a affirmé Mhamed Abba qui participait au Comité des 24 des Nations-Unies à New York en tant que vice-président démocratiquement élu du Conseil régional de Laâyoune-Sakia El Hamra.

"Vingt-deux pays ont inauguré des consulats dans les deux principales villes du Sahara ainsi que des entreprises dans la région pour appuyer notre approche pour un Sahara marocain prospère, servant de hub régional entre le continent africain et le reste du monde", a déclaré M. Abba devant les membres du Comité.

Il a indiqué que pour les populations du Sahara marocain "l'initiative d'autonomie est la seule base pour une solution juste et durable au différend régional autour du Sahara", soulignant que "le réalisme, le sérieux et la crédibilité" de cette initiative ont été reconnus par le Conseil de sécurité et salués par la grande majorité des Etats-membres de l'ONU et la communauté internationale.

A cet égard, M. Abba a fait observer que les habitants du Sahara marocain planifient, mettent en œuvre et gèrent le développement local de leur région dans le cadre du Nouveau modèle de développement des provinces du sud lancé par SM le Roi Mohammed VI.

Toute une génération de Marocains des provinces du Sud du Royaume "a investi avec succès" l'arène politique et le domaine économique avec une vision d'un Maroc "prospère et intégré", a-t-il souligné.

Et de rappeler que lors des élections régionales tenues au Maroc en 2015, la participation électorale dans les deux régions du Sahara marocain a atteint 79%, soit le taux de participation le plus élevé du pays, expliquant que la régionalisation avancée permet aux habitants des régions de Laâyoune-Sakia El Hamra et Dakhla-Oued Eddahab de gérer leurs affaires locales et leur propre budget, à travers des conseils régionaux élus.

Doté d'un budget de 8,8 milliards de dollars, ce modèle permet au Sahara d'émerger en tant que hub économique régional et moteur de développement pour la région Sahélo-Saharienne, a poursuivi M. Abba, soulignant que "le projet de régionalisation a déclenché un développement économique et social substantiel".

Par ailleurs, M. Abba a réitéré l'importance de l'intervention pacifique menée par le Maroc qui a définitivement rétabli la circulation civile et commerciale au point de passage d'El Guerguerate entre le Royaume et la Mauritanie, après son blocage par les milices armées du polisario, rappelant que cette intervention a connu un "soutien massif" de la part de la communauté internationale.

Il a aussi souligné "le plein respect" des droits humains au Sahara marocain dont les habitants bénéficient des garanties inscrites dans la Constitution et les instruments internationaux des droits de l'Homme auxquels le Maroc est partie.

M. Mhamed Abba, vice-président du Conseil régional de Laâyoune-Sakia El Hamra, et Mme Ghalla Bahiya, vice-présidente de la région de Dakhla Oued-Eddahab, participent continuellement depuis 2018 aux réunions du C24 et à ses séminaires régionaux en tant que représentants démocratiquement élus du Sahara marocain.

A La Une: Maroc

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X